(Français) Les maisons closes du capitalisme

IN ORIGINAL LANGUAGES, 20 Nov 2017

Emir Sader | ALAI – TRANSCEND Media Service

Les mal nommés paradis fiscaux fonctionnent comme des bordels du capitalisme. On y fait des affaires sales, qui ne peuvent être reconnues publiquement, mais qui sont indispensables au fonctionnement du système. Comme les maisons closes dans la société traditionnelle.

14 novembre 2017- Au fur et à mesure que s’accumulent les plaintes et les listes des personnages et des entreprises qui ont des comptes dans ces lieux, nous prenons conscience du rôle central et non pas marginal qu’ils jouent dans l’économie mondiale. « Ce ne sont pas des « îles » au sens économique, mais bien un réseau systémique de territoires qui échappent aux juridictions nationales et permettent à tous les grands flux financiers mondiaux de ne pas s’acquitter de leurs obligations fiscales, en cachant l’origine des ressources ou leur destination. (Une ère de capital improductif, Ladislau Dowbor, Ed. Littérature Autonomie, Sao Paulo, 2017, page 83)

Tous les grands groupes financiers mondiaux et les plus grands groupes économiques en général ont aujourd’hui des filiales ou même des matrices dans les paradis fiscaux. Cette extraterritorialité (offshore) couvre pratiquement toutes les activités économiques des géants de l’entreprise, ce qui constitue un énorme mondial de compensations, où les différents flux financiers entrent dans la zone du secret, celle de l’impôt zéro ou équivalent, et de liberté relative par rapport à tout contrôle réel.

Dans les paradis fiscaux, les ressources sont converties en différentes utilisations, reprises par des sociétés avec différents noms et nationalités, lavées et formellement propres. Ce n’est pas que tout devienne secret, mais avec la fragmentation du flux financier, tout le système rend l’ensemble opaque.

Il y a des initiatives pour contrôler relativement ce flux monstrueux de ressources, mais le système financier est global, alors que les lois sont nationales et il n’y a pas de système de gouvernance mondiale. En outre, vous pouvez gagner plus avec les produits financiers et, surtout, sans payer d’impôts, c’est donc une aubaine.

«Le système offshore s’est développé avec des métastases à travers le monde, et une puissante armée d’avocats, de comptables et de banquiers est apparue pour faire fonctionner le système… En fait, le système ajoute rarement de la valeur. Au contraire, il redistribue la richesse vers le haut et les risques vers le bas, le tout en créant un nouveau poêle mondial pour la criminalité « (Iles Treasured : Dévoiler les dommages des services bancaires offshore et les paradis fiscaux, Shaxon, Nicholas St. Martin Press, New York., 2011).

La question des impôts est centrale. Les profits sont offshore, où ils échappent à l’impôt, mais les coûts, les paiements d’intérêts, sont offshore, où les impôts sont déduits.

La plupart des activités sont légales. Il n’est pas illégal d’avoir un compte dans les îles Caïmans. « La grande corruption génère sa propre légalité, qui passe par l’appropriation de la politique, un processus que Shaxson appelle » la capture de l’État « » (Dowbor, page 86).

C’est une corruption systémique. La corruption implique des spécialistes qui abusent du bien commun, en secret et en toute impunité, portant atteinte aux règles et aux systèmes qui favorisent l’intérêt public, en secret et en toute impunité, ce qui compromet notre confiance dans les règles et dans les systèmes, et intensifie la pauvreté et l’inégalité.

« La base de la loi des sociétés et des sociétés anonymes, est que l’anonymat  de la propriété et le droit d’être traité comme des personnes juridiques qui peuvent déclarer leur siège légal où elles veulent et en toute indépendante du site effectif de leurs activités, devrait avoir en contrepoint la transparence des comptes « (Dowbor, page 86). Les pots de vin polluent et corrompent les gouvernements, et les paradis fiscaux corrompent le système financier mondial. On a crée un système qui rend non viable tout contrôle criminel et légal du crime bancaire. Les sociétés constituent un système judiciaire parallèle qui leur permet même de poursuivre les États, sur la base de leur propre appareil juridique.

The Economist calcule que dans les paradis fiscaux il y a 20 billions de dollars, en localisant les principaux centres financiers qui dirigent ces ressources dans l’état du Delaware et de Londres. Les îles servent donc de lieu juridique et de protection en termes de juridiction, de fiscalité et d’information, mais la gestion est assurée par les grandes banques. C’est un écoulement  gigantesque qui permet que les cycles financiers soient à l’abri des informations.

___________________________________________

Emir Sader, sociologue et politologue brésilien, est coordinateur du Laboratoire des politiques publiques de l’Université d’État de Rio de Janeiro (UERJ).

Traduction FAL33

Go to Original – alainet.org

 

Share or download this article:


DISCLAIMER: In accordance with title 17 U.S.C. section 107, this material is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. TMS has no affiliation whatsoever with the originator of this article nor is TMS endorsed or sponsored by the originator. “GO TO ORIGINAL” links are provided as a convenience to our readers and allow for verification of authenticity. However, as originating pages are often updated by their originating host sites, the versions posted may not match the versions our readers view when clicking the “GO TO ORIGINAL” links. This site contains copyrighted material the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. We are making such material available in our efforts to advance understanding of environmental, political, human rights, economic, democracy, scientific, and social justice issues, etc. We believe this constitutes a ‘fair use’ of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. For more information go to: http://www.law.cornell.edu/uscode/17/107.shtml. If you wish to use copyrighted material from this site for purposes of your own that go beyond ‘fair use’, you must obtain permission from the copyright owner.


There are no comments so far.

Join the discussion!

We welcome debate and dissent, but personal — ad hominem — attacks (on authors, other users or any individual), abuse and defamatory language will not be tolerated. Nor will we tolerate attempts to deliberately disrupt discussions. We aim to maintain an inviting space to focus on intelligent interactions and debates.

 (please enter the four letters and numbers you see above, no spaces)