(Français) Comment Arrêter les Crimes de Guerre?

ORIGINAL LANGUAGES, 4 Dec 2023

David Adams | Transition to a Culture of Peace – TRANSCEND Media Service

1 décembre 2023 – Les événements récents nous amènent plus que jamais à nous demander : pourquoi ne peut-on pas faire quelque chose pour arrêter et prévenir les crimes de guerre ?

Julian Assange croupit en prison, et pourrait éventuellement y mourir, pour avoir documenté les crimes de guerre de l’Empire américain. Et toutes les institutions compétentes, les Nations Unies, Amnesty International, Human Rights Watch, etc., conviennent que nous sommes témoins quotidiennement de crimes de guerre commis par Israël contre la population de Gaza, crimes financés et fournis par les États-Unis et leurs alliés.

Il y a des demandes de justice de la part de la Cour pénale internationale, mais même si elle condamne ces crimes de guerre, elle n’a aucun pouvoir d’application. Aucune des grandes puissances n’en fait partie.

En principe, la Cour internationale de Justice pourrait rendre une décision conformément à la convention sur le génocide, mais là encore, elle n’a aucun pouvoir d’exécution.

En ce qui concerne les pouvoirs coercitifs, le Conseil de sécurité de l’ONU serait, en théorie, la juridiction appropriée. Mais ses actions font l’objet du veto de ceux qui commettent des crimes de guerre.

Les pays des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) ont ajouté leur condamnation, mais ils n’ont aucun pouvoir coercitif et, en outre, deux de leurs membres ont eux-mêmes été accusés de crimes de guerre : les Russes en Ukraine et L’Arabie Saoudite au Yémen.

Plusieurs options d’application sont proposées par le Mouvement pour le Boycott, le Désinvestissement et les Sanctions. Ils ont appelé à une journée d’action mondiale le 29 novembre : « Des millions d’entre vous sont descendus dans la rue pour les plus grandes manifestations que le monde ait connues au cours des 20 dernières années ! Nous sommes reconnaissants à chacun d’entre vous qui, par sa voix et des actions créatives, ont construit un pouvoir populaire sans précédent pour mettre fin à la guerre génocidaire menée par Israël contre 2,3 millions de Palestiniens dans la bande de Gaza assiégée et occupée. » Le Mouvement appelle à intensifier toutes les campagnes stratégiques de boycott économique et de désinvestissement contre les entreprises complices, et à intensifier les campagnes pour couper tous les liens avec l’apartheid israélien et ses institutions universitaires et culturelles complices ainsi qu’avec les équipes sportives.

Malheureusement, il existe une autre réaction aux crimes de guerre, qui conduira à plus de violence plutôt qu’à moins de violence dans le monde. Par exemple, le service de presse Guardian a supprimé de son site Internet la lettre écrite par Oussama Ben Laden aux États-Unis, condamnant le soutien américain à Israël, l’implantation de bases militaires dans les pays islamiques et sa participation ou son soutien à d’autres actions militaires ou sanctions économiques contre les peuples du monde islamique. Pourquoi? Parce que plus d’un million de personnes ont été en accord avec la lettre depuis l’attaque israélienne sur Gaza, beaucoup d’entre elles affirmant qu’elles comprennent désormais que Ben Laden avait raison.

Nous disons depuis longtemps que chaque fois que les Américains tuent quelqu’un avec une attaque de drone, ils sèment la graine de dizaines de guerriers contre l’empire américain. Et la même chose peut être dite aujourd’hui sur la façon dont le génocide israélien contre la Palestine sème les graines de guerriers contre Israël et ses partisans aux États-Unis et en Europe.

Ainsi, la violence engendre la violence.

Pour la paix, nous devons changer le monde afin qu’il soit gouverné avec justice et qu’il soit capable de faire respecter ses décisions. Plus que jamais, nous sommes amenés à exiger un changement révolutionnaire dans la gouvernance des Nations Unies. Le Conseil de sécurité de l’ONU, au lieu d’être dirigé par les gouvernements avec leur culture de guerre, devrait être repris par les représentants directs des peuples du monde.

Les peuples du monde ne veulent pas de guerre. Et leurs représentants les plus directs, les maires du monde, ne veulent pas de guerre. Ils n’ont pas d’armes nucléaires. Ils n’ont ni armée, ni complexe militaro-industriel.

Cher lecteur, si vous avez une quelconque influence auprès de Maires pour la Paix, basés à Hiroshima, suggérez-leur de créer un Conseil de sécurité alternatif qui publie régulièrement des communiqués de presse expliquant ce que les maires feraient s’ils dirigeaient le Conseil de l’ONU. Au moins, de cette façon, nous pourrions faire prendre conscience aux gens qu’un autre monde est possible !

______________________________________________________

Dr. David Adams est membre du TRANSCEND Network for Peace Development Environment et coordinateur du Culture of Peace News Network. Il a pris sa retraite en 2001 de l’UNESCO où il était directeur de l’Unité pour l’Année internationale des Nations Unies pour la culture de la paix. Auparavant, aux universités de Yale et de Wesley, il était un spécialiste des mécanismes cérébraux du comportement agressif, de l’histoire de la culture de la guerre et de la psychologie des militants de la paix. Envoyez lui un email.

Go to Original – decade-culture-of-peace.org


Tags: , ,

 

Share this article:


DISCLAIMER: The statements, views and opinions expressed in pieces republished here are solely those of the authors and do not necessarily represent those of TMS. In accordance with title 17 U.S.C. section 107, this material is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. TMS has no affiliation whatsoever with the originator of this article nor is TMS endorsed or sponsored by the originator. “GO TO ORIGINAL” links are provided as a convenience to our readers and allow for verification of authenticity. However, as originating pages are often updated by their originating host sites, the versions posted may not match the versions our readers view when clicking the “GO TO ORIGINAL” links. This site contains copyrighted material the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. We are making such material available in our efforts to advance understanding of environmental, political, human rights, economic, democracy, scientific, and social justice issues, etc. We believe this constitutes a ‘fair use’ of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. For more information go to: http://www.law.cornell.edu/uscode/17/107.shtml. If you wish to use copyrighted material from this site for purposes of your own that go beyond ‘fair use’, you must obtain permission from the copyright owner.


There are no comments so far.

Join the discussion!

We welcome debate and dissent, but personal — ad hominem — attacks (on authors, other users or any individual), abuse and defamatory language will not be tolerated. Nor will we tolerate attempts to deliberately disrupt discussions. We aim to maintain an inviting space to focus on intelligent interactions and debates.

− 6 = 1

Note: we try to save your comment in your browser when there are technical problems. Still, for long comments we recommend that you copy them somewhere else as a backup before you submit them.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.