(Français) Écoutez les Femmes

ORIGINAL LANGUAGES, 8 Apr 2024

David Adams | Transition to a Culture of Peace – TRANSCEND Media Service

1 avril 2024 – Dans son reportage de Israël, Shamil Idriss, PDG de l’organisation Search for Common Ground, rappelle que seulement la solidarité avec l’un ou l’autre camp en Israël et en Palestine n’apportera pas la paix. Chez CPNN, nous devons nous livrer à une certaine autocritique puisque la majeure partie de notre couverture a été simplement une solidarité avec les Palestiniens victimes du génocide israélien. Comme nous le rappelle Shamil, cette solidarité est compréhensible, mais elle ne suffit pas. Il faut aller au-delà de la solidarité.

Au contraire, comme nous le montre l’exemple de Search for Common Ground, la paix ne peut venir que du dialogue et de l’instauration d’un climat de confiance entre les deux parties au conflit. C’est un processus long et difficile, mais il n’y a pas d’autre solution.

De cette manière, Search for Common travaille avec une communauté puissante et croissante de femmes dirigeantes, notamment des militantes, des avocates, d’anciens membres de la Knesset, d’anciens ministres palestiniens à Jérusalem, Ramallah et Tel Aviv, œuvrant pour garantir qu’elles ne soient pas exclues de toute processus de paix qui devra sortir de cette guerre. Idriss a expliqué : « Nous les soutenons dans le développement de leur propre réflexion et stratégie sur la manière d’accélérer et d’influencer ce type de processus de paix. Il est bien connu que les processus de paix qui impliquent les femmes durent beaucoup plus longtemps et sont plus viables. Ce constat a été le thème de la résolution 1325 adoptée par le Conseil de sécurité de l’ONU lors de l’Année internationale de la culture de la paix, dans l’un de ses rares moments d’action progressiste sous la direction de l’ambassadeur du Bangladesh, Anwarul Chowdhury.

Cette année, à l’occasion de la Journée internationale de la femme, des millions de femmes ont montré comment elles peuvent être une puissante force de paix.

Écoutez ce qu’ils ont scandé et écrit sur leurs pancartes, comme le montre CPNN ce mois-ci.

Beaucoup ont appelé à la fin de la violence contre les femmes et ont exigé le respect de leurs droits sexuels et reproductifs.

D’autres ont étendu leurs revendications jusqu’à la fin du patriarcat :

De Roumanie : « Blestem Patriarhatul » (Nous maudissons le patriarcat)

D’ Allemagne : Ma saison préférée est la chute du patriarcat.

De Peterborough Canada : « Là où il y a une femme, il y a de la magie », « C’est un beau jour pour briser le patriarcat » et « L’avenir est féminin ».

Le patriarcat, la domination des hommes sur les femmes, est aussi vieux que l’humanité. Comme l’exprimait ce blog en 2017, “Cela remonte à la préhistoire lorsque les femmes étaient exclues de la guerre en raison du fait que la pratique du mariage exogame patrilocal (le mari reste dans son village natal et épouse une femme de l’extérieur) garantissait que les guerres se déroulaient entre le mari d’une femme d’un côté et son père et ses frères de l’autre. En conséquence, comme les guerriers étaient exclusivement des hommes, ils étaient libres de capturer et de violer les femmes qu’ils trouvaient en conquérant une autre communauté.”

La domination masculine de la culture de la guerre caractérise toutes les sociétés humaines depuis le début de l’histoire. Les dirigeants masculins des premiers empires n’étaient pas seulement les commandants militaires mais aussi les chefs de la religion d’État. Les femmes chefs d’État et de religion étaient si rares qu’elles sont considérées comme des curiosités de l’histoire : par exemple le pharaon Hatchepsout dans l’Égypte ancienne, et la (mythique ?) femme pape catholique au Moyen Âge.

Bien entendu, l’élimination du patriarcat nécessite l’engagement des hommes comme des femmes, et c’est pour cette raison qu’il est important qu’un grand nombre d’hommes aient participé aux célébrations et aux manifestations du 8 mars.

Pour l’égalité des femmes, il est nécessaire d’abolir la culture de la guerre.

Cette année, les pancartes réclamaient la fin de la guerre :

De Chicago aux États-Unis : les féministes disent non à la guerre

Il y a eu des appels spécifiques à la solidarité avec la Palestine :

Depuis Seattle aux États-Unis : la libération palestinienne comme « impératif féministe »

Du Pakistan : levez-vous pour les femmes de Palestine

Et ce qui est peut-être le plus profond, ce sont les pancartes disant que ce sont les femmes qui accouchent.

De Belgique : Les femmes donnent la vie et récoltent la mort.

De Porto Rico : Nosotros Parimos « Nous accouchons. »

Le fait que les femmes accouchent est une puissante force de paix. Heureusement, lorsque j’étais professeur de psychologie et que je préparais mon seul et unique livre psychologique, Psychologie pour les Militants de la Paix, j’ai délibérément choisi d’inclure autant de femmes que d’hommes dans l’étude. Ce que j’ai découvert en examinant leurs autobiographies et biographies, c’est que les grandes militantes pour la paix tiraient leur motivation de leur accouchement. Par exemple, Helen Caldicott dit qu’avec la naissance de son premier enfant, elle s’est rendu compte « que j’allais mourir pour sauver la vie de mes enfants. À ce moment-là, j’ai accepté la responsabilité personnelle d’arrêter la course aux armements nucléaires ».

Comme nous le disons souvent sur ce blog, nous entrons dans une ère de contradictions économiques et politiques qui mèneront à un changement radical. Dans la mesure où les femmes assument le leadership, nous avons plus de chances que le changement conduise à une culture de paix.

Comme l’exprime le groupe français des Guerrières de la Paix : « Nous, les Guerrières de la Paix, continuerons à nous tenir debout, fières et déterminées, aux côtés de toutes les femmes opprimées, aux côtés de toutes nos sœurs persécutées, partout dans le monde. Il en va de notre féminisme. De notre devoir en tant qu’humanité. Le féminisme est la justice, l’égalité et la dignité pour tous. C’est le refus de l’affectation et de la division. Le féminisme est la paix. »

______________________________________________________

Dr. David Adams est membre du TRANSCEND Network for Peace Development Environment et coordinateur du Culture of Peace News Network. Il a pris sa retraite en 2001 de l’UNESCO où il était directeur de l’Unité pour l’Année internationale des Nations Unies pour la culture de la paix. Auparavant, aux universités de Yale et de Wesley, il était un spécialiste des mécanismes cérébraux du comportement agressif, de l’histoire de la culture de la guerre et de la psychologie des militants de la paix. Envoyez lui un email.

Go to Original – decade-culture-of-peace.org


Tags: , , , , , ,

Share this article:


DISCLAIMER: The statements, views and opinions expressed in pieces republished here are solely those of the authors and do not necessarily represent those of TMS. In accordance with title 17 U.S.C. section 107, this material is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. TMS has no affiliation whatsoever with the originator of this article nor is TMS endorsed or sponsored by the originator. “GO TO ORIGINAL” links are provided as a convenience to our readers and allow for verification of authenticity. However, as originating pages are often updated by their originating host sites, the versions posted may not match the versions our readers view when clicking the “GO TO ORIGINAL” links. This site contains copyrighted material the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. We are making such material available in our efforts to advance understanding of environmental, political, human rights, economic, democracy, scientific, and social justice issues, etc. We believe this constitutes a ‘fair use’ of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. For more information go to: http://www.law.cornell.edu/uscode/17/107.shtml. If you wish to use copyrighted material from this site for purposes of your own that go beyond ‘fair use’, you must obtain permission from the copyright owner.

There are no comments so far.

Join the discussion!

We welcome debate and dissent, but personal — ad hominem — attacks (on authors, other users or any individual), abuse and defamatory language will not be tolerated. Nor will we tolerate attempts to deliberately disrupt discussions. We aim to maintain an inviting space to focus on intelligent interactions and debates.

+ 46 = 50

Note: we try to save your comment in your browser when there are technical problems. Still, for long comments we recommend that you copy them somewhere else as a backup before you submit them.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.