(Français) Censure, menaces et stress post-traumatique: le journalisme environnemental sous haute tension

ORIGINAL LANGUAGES, 14 Jan 2019

Eric Freedman – The Conversation

Les journalistes qui couvrent les opérations d’activistes environnementaux, comme ici en Birmanie, sont régulièrement menacés.
Gemunu Amarasinghe/AP

3 Jan 2019 – Du meurtre du journaliste Jamal Kashoggi par des agents saoudiens à Istanbul en octobre dernier, aux tensions entre Donald Trump et un reporter de CNN à la Maison Blanche, les attaques envers les journalistes font régulièrement l’actualité. Mais cette situation dépasse largement la sphère politique.

Au sein du Knight Center for Environmental Journalism, à l’université du Michigan, nous formons des étudiants et des journalistes professionnels à enquêter sur l’état environnemental de la planète, à nos yeux le sujet le plus important de tous. Or ceux qui couvrent ces thématiques s’exposent à un risque accru de meurtre, d’arrestations, d’agressions, de menaces, d’exil, de poursuites judiciaires ou de harcèlement.

J’ai creusé cette problématique dans une récente étude, en menant des interviews approfondies avec des journalistes des cinq continents ayant vécu de telles expériences. J’ai notamment abordé avec eux l’impact des attaques qu’ils avaient subies sur leur santé psychologique et leur carrière. Si certains avaient renoncé au journalisme, d’autres étaient sortis de ces épreuves plus décidés que jamais.

Couvrir les sujets environnementaux est l’un des exercices les plus périlleux du journalisme. Quarante reporters ont ainsi perdu la vie entre 2005 et 2016 pour avoir enquêté sur ces problèmes. C’est davantage que le nombre de journalistes tués lors des conflits entre les États-Unis et l’Afghanistan.

En 2015, Reporters sans frontières publiait un rapport sur la situation des journalistes environnementaux dans le monde.

Dans le viseur

Les controverses environnementales impliquent souvent de puissants intérêts économiques et commerciaux, des batailles politiques, des activités criminelles, des insurgés anti-gouvernementaux ou encore de la corruption. Dans de nombreux pays, d’autres facteurs peuvent rendre les distinctions entre « journaliste » et « activiste » ambiguës – notamment au sujet des luttes pour les droits des peuples indigènes à la terre et aux ressources naturelles.

Que ce soit dans les pays riches ou en développement, les journalistes qui couvrent ces questions deviennent une cible privilégiée. La plupart d’entre eux survit, mais beaucoup subissent de graves traumatismes qui affectent profondément leur carrière.

En 2013, Rodney Sieh, journaliste indépendant au Liberia, découvre ainsi l’implication d’un ancien ministre de l’agriculture dans une affaire de corruption : l’homme politique en question avait détourné des fonds censés être affectés à la lutte contre la maladie infectieuse et parasitique du ver de Guinée. Sieh est alors condamné à 5 000 ans de prison et reçoit une amende d’1,6 million de dollars pour diffamation. Il est incarcéré pendant trois mois jusqu’à ce que l’indignation internationale fasse pression sur le gouvernement pour le libérer.

La même année, le reporter Miles Howe devait couvrir à New Brunswick (Canada) les manifestations de la Première nation Elsipotog – les « Premières nations » désignant au Canada les peuples autochtones, hors Inuits et métis – contre un projet d’extraction hydraulique de gaz naturel. Howe travaillait pour un média en ligne qui cherchait à mettre en lumière des histoires peu ou pas visibles dans la presse traditionnelle. Il se rappelle :

« J’étais souvent le seul journaliste accrédité à être témoin d’arrestations violentes, par exemple une femme enceinte de trois mois menottée, ou des hommes plaqués au sol. »

Howe a été arrêté à de multiples reprises : au cours d’une manifestation, un membre de la Gendarmerie royale du Canada l’a pointé du doigt en criant : « Il est avec eux ! ». Son matériel a été saisi et la police a perquisitionné sa maison. Ils lui ont aussi proposé de l’argent en échange d’information sur les « événements » à venir – en d’autres termes, espionner les manifestants.

La liberté de la presse dans le monde a atteint un niveau particulièrement alarmant en 2016. CC BY-ND

Impacts psychologiques

Les rares études qui se sont penchées sur les attaques envers les journalistes montrent que ce type d’agressions peut avoir des conséquences durables, y compris sous forme de stress post-traumatiques et des problèmes de dépression et de dépendance. Si certains journalistes réussissent à dépasser ces épreuves, d’autres plongent dans un état de peur ou culpabilisent pour avoir dû fuir en laissant derrière eux des proches ou des collègues.

« De manière générale, les journalistes sont une tribu plutôt résiliente, m’a expliqué Bruce Shapiro, directeur général du Dart Center for Journalism and Trauma de l’université de Columbia. Leur taux de stress post-traumatique et de dépression oscille entre 13 et 15 %, un taux comparable à celui observé chez ceux qui dispensent les premiers secours. Les journalistes spécialisés sur les questions de justice sociale et d’environnement ont souvent un engagement dans leur mission et un niveau de compétences supérieurs à la moyenne. »

Mais cette attitude peut se traduire par une réticence à chercher de l’aide. La plupart des journalistes que j’ai interviewés n’ont par exemple pas suivi de thérapie, souvent parce qu’ils n’ont pas trouvé de services disponibles ou à cause du machisme encore prégnant dans la profession. Gowri Ananthan, professeur à l’Institut pour la santé mentale du Sri Lanka, qualifie le journalisme de « profession dans le déni », même si quelques victimes reconnaissent en avoir payé le prix.

Miles Howe, par exemple, a souffert de sérieux problèmes psychologiques à la suite de ses arrestations. « Qu’est-ce que ça m’a fait ? Ça m’a mis en colère », confie-t-il. Le journaliste n’a pas suivi de thérapie jusqu’à ce qu’il abandonne la profession deux ans plus tard.

D’autres m’ont rapporté que leurs expériences avaient réaffirmé leur engagement dans leur mission d’informer. Rodney Sieh explique que son séjour en prison « a vraiment porté notre travail à un niveau international, que nous n’aurions jamais atteint si je n’avais pas été arrêté. Cela nous a rendus plus forts, plus grands, meilleurs. »

Droits indigènes, éthique professionnelle

Les controverses environnementales concernent régulièrement les droits des indigènes. En Amérique du Sud, notamment, les journalistes indigènes et les « ethno-communicateurs » jouent un rôle de plus en plus vital en dévoilant la vaste exploitation de ressources naturelles, forêts et landes dont ces peuples autochtones sont victimes.

En dépit des codes professionnels qui exigent une couverture équilibrée et impartiale, certains journalistes peuvent se sentir obligés de prendre position. « Nous l’avons clairement vu à Standing Rock », raconte Tristan Ahtone, membre du conseil de la Native American Journalists Association NAJA, en référence aux manifestations de la Standing Rock Indian Reservation dans le Dakota du Nord contre l’installation d’un pipeline. « NAJA a dû diffuser des lignes directrices d’éthique pour les journalistes. Nous l’avons principalement constaté chez de jeunes reporters natifs qui étaient heureux de faire sauter les frontières éthiques. »

Des protestataires manifestent contre le gazoduc Dakota Access à Cannon Ball, dans le Dakota du Nord, 16 décembre 2016. David Goldman/AP

Meilleure formation et protection légale

Beaucoup de ces questions appellent une recherche plus poussée. Comment ces expériences affectent-elles la manière dont les journalistes travaillent ? Comment gèrent-ils leurs sources, particulièrement si ces personnes sont en danger ? De quelle manière les éditeurs et directeurs de rédaction traitent leurs reporters en termes d’affectations, de placement des articles et de rémunération ?

Ces résultats interrogent aussi la façon dont les groupes de défense de la presse réussissent à protéger et défendre les journalistes environnementaux. À mes yeux, ces reporters devraient être plus nombreux à recevoir une formation à la sécurité, comme beaucoup de correspondants de guerre ou internationaux.

La pollution et la dégradation des ressources naturelles affectent tout le monde, mais tout particulièrement les membres les plus pauvres et les plus vulnérables de la société. Le fait que les journalistes qui couvrent ces questions soient si vulnérables est profondément inquiétant, leurs agresseurs agissant souvent en toute impunité.

Il n’y a eu ainsi aucune condamnation dans le meurtre, en 2017, de la journaliste radio colombienne Efigenia Vásquez Astudillo, abattue alors qu’elle couvrait un mouvement indigène pour récupérer une terre ancestrale convertie en fermes, hôtels et plantations de sucre.

Comme le rappelle le Comité pour la protection des journalistes, « le meurtre est la forme ultime de la censure ».

_________________________________________

Eric Freedman – Professor of Journalism and Chair, Knight Center for Environmental Journalism, Michigan State University

 

 

This article was originally published in English

Republish our articles for free, online or in print, under Creative Commons license.

Go to Original – theconversation.com

 

Share this article:


DISCLAIMER: In accordance with title 17 U.S.C. section 107, this material is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. TMS has no affiliation whatsoever with the originator of this article nor is TMS endorsed or sponsored by the originator. “GO TO ORIGINAL” links are provided as a convenience to our readers and allow for verification of authenticity. However, as originating pages are often updated by their originating host sites, the versions posted may not match the versions our readers view when clicking the “GO TO ORIGINAL” links. This site contains copyrighted material the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. We are making such material available in our efforts to advance understanding of environmental, political, human rights, economic, democracy, scientific, and social justice issues, etc. We believe this constitutes a ‘fair use’ of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. For more information go to: http://www.law.cornell.edu/uscode/17/107.shtml. If you wish to use copyrighted material from this site for purposes of your own that go beyond ‘fair use’, you must obtain permission from the copyright owner.


Comments are closed.