(Français) Leçons Tirés de la Journée Internationale de la Paix de Cette Année

ORIGINAL LANGUAGES, 5 Oct 2020

David Adams | Transition to a Culture of Peace – TRANSCEND Media Service

2 Oct 2020 – En regardant les résultats de notre enquête sur la Journée internationale de la paix cette année, je suis frappé par deux aspects, l’un à long terme et l’autre à court terme, qui sont de bon augure pour l’avenir.

L’aspect à long terme reflète l’énorme mobilisation des écoliers pour célébrer la paix en Russie, en Ukraine et au Bélarus. Il semble que les parents et les enseignants de ces pays, bien plus que ce que nous avons trouvé dans notre enquête dans le reste du monde, élèvent les enfants à être des partisans de la paix et à s’opposer à la culture de la guerre. Cette approche n’est pas évidente dans la direction politique de ces pays, mais cela signifie peut-être qu’il existe un profond sentiment populaire selon lequel les dirigeants de leurs pays devraient se tourner vers la paix. Dans le cas de l’Ukraine, les célébrations se sont souvent accompagnées d’un appel explicite à la fin du conflit armé dans ce pays.

Les mobilisations pour la paix avec les enfants en Russie, en Ukraine et au Bélarus sont sans aucun doute un héritage de la rhétorique de l’Union soviétique dont ils se sont séparés il y a une génération. Cette rhétorique a été rejetée par l’Occident pendant la guerre froide, mais sa résurgence montre maintenant que, contrairement à la propagande occidentale, il y avait un véritable désir de paix à transmettre aux générations futures. En remontant une ou deux générations plus loin, nous pouvons voir que c’était le résultat des terribles souffrances de ces pays pendant la Seconde Guerre mondiale.

Certains chercheurs sur la paix soutiennent que nous devons commencer par l’éducation des jeunes enfants si nous voulons passer de la culture de la guerre à une culture de la paix. S’ils ont raison, alors nous devrions tirer les leçons de l’exemple donné pars ces anciens pays de l’Union soviétique et éduquer nos enfants pour la paix. Comment cela peut-il être fait? Nous avons fait de nombreuses suggestions à cet égard dans notre dernier rapport aux Nations Unies pour l’Année internationale de la culture de la paix en l’an 2000. Voir le document A-55-377 pour plus de détails.

L’un des aspects à court terme de la Journée internationale de la paix de cette année a été l’utilisation considérablement accrue d’événements virtuels par l’Internet. Bien sûr, c’est lié avec l’utilisation accrue des réunions virtuelles face à la pandémie de coronvirus.

D’une part, les événements virtuels n’ont pas la force d’un contact direct d’un face à face, mais d’autre part, ils ont l’avantage de pouvoir impliquer les gens au niveau mondial, et c’est au niveau mondial qu’il faut faire la transition vers une culture de paix. «Agir localement, penser globalment» reste la stratégie clé de cette lutte, et si nous pouvons amener de plus en plus de gens à penser globalement et à agir à ce niveau, ne serait-ce que par Internet, alors nous progresserons.

Déjà, cet avantage d’une utilisation accrue de l’Internet pour les réunions se reflète dans les travaux des Nations Unies. Le personnel des Nations Unies travaillant dans les bureaux extérieurs du monde entier est désormais, contrairement à ce qu’il était auparavant, directement impliqué dans la plupart des réunions qui ont lieu au siège de l’ONU et de ses agences. Cela donne à l’ONU une perspective plus globale dans sa prise de décision.

Comment cet avantage perçu aux Nations Unies peut-il être reproduit et utilisé par la société civile et par les élus locaux pour promouvoir la culture de la paix? C’est une question importante à aborder en ces temps de changements rapides et turbulents.

______________________________________________________

Dr. David Adams est membre du TRANSCEND Network for Peace Development Environment et coordinateur du Culture of Peace News Network. Il a pris sa retraite en 2001 de l’UNESCO où il était directeur de l’Unité pour l’Année internationale des Nations Unies pour la culture de la paix. Auparavant, aux universités de Yale et de Wesley, il était un spécialiste des mécanismes cérébraux du comportement agressif, de l’histoire de la culture de la guerre et de la psychologie des militants de la paix. Envoyez lui un email.

Go to Original – decade-culture-of-peace.org


Tags: , , , , ,

 

Share this article:


DISCLAIMER: The statements, views and opinions expressed in pieces republished here are solely those of the authors and do not necessarily represent those of TMS. In accordance with title 17 U.S.C. section 107, this material is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. TMS has no affiliation whatsoever with the originator of this article nor is TMS endorsed or sponsored by the originator. “GO TO ORIGINAL” links are provided as a convenience to our readers and allow for verification of authenticity. However, as originating pages are often updated by their originating host sites, the versions posted may not match the versions our readers view when clicking the “GO TO ORIGINAL” links. This site contains copyrighted material the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. We are making such material available in our efforts to advance understanding of environmental, political, human rights, economic, democracy, scientific, and social justice issues, etc. We believe this constitutes a ‘fair use’ of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. For more information go to: http://www.law.cornell.edu/uscode/17/107.shtml. If you wish to use copyrighted material from this site for purposes of your own that go beyond ‘fair use’, you must obtain permission from the copyright owner.


There are no comments so far.

Join the discussion!

We welcome debate and dissent, but personal — ad hominem — attacks (on authors, other users or any individual), abuse and defamatory language will not be tolerated. Nor will we tolerate attempts to deliberately disrupt discussions. We aim to maintain an inviting space to focus on intelligent interactions and debates.

*

code

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.