(Français) Voici la Vision ! Un Mouvement Mondial Pour Une Culture de la Paix

ORIGINAL LANGUAGES, 17 Jun 2024

David Adams | Transition to a Culture of Peace – TRANSCEND Media Service

10 juin 2024 – Il y a deux semaines, nous avons dit : « Voici le peuple ». Et nous avons demandé : « Où est la vision ? »

Et maintenant, comme en réponse, les Nations Unies ont déclaré que le thème officiel de la Journée internationale de la paix de cette année est « Cultiver une culture de la paix », en référence au 25e anniversaire de la Déclaration et du Programme d’action des Nations Unies sur une culture de la paix.

La voici, la vision dont nous avons besoin ! Il s’agit d’une opportunité très importante de faire avancer l’agenda de l’histoire et de sauvegarder l’avenir de la civilisation humaine !

Les millions de personnes qui participent chaque année à la Journée internationale de la paix devraient être associées à l’action proposée dans le Programme d’action : « Les partenariats entre les différents acteurs visés par la Déclaration doivent être encouragés et renforcés pour un mouvement mondial en faveur d’une culture de la paix.”

Quels sont les différents acteurs identifiés dans la Déclaration ? Ils sont énumérés à l’article 8 de la Cultiver une culture de la paix », en référence au 25e anniversaire de la Déclaration : “les parents, les enseignants, les hommes politiques, les journalistes, les organismes et groupes religieux, les intellectuels, les personnes qui exercent une activité scientifique, philosophique, créatrice et artistique, les agents de services de santé ou d’organismes humanitaires, les assistants sociaux, les personnes qui ont des responsabilités à divers niveaux ainsi que les organisations non gouvernementales.”

Cela nous dit ce qu’il faut faire ! Cela nous donne un programme d’action. Nous devons contacter et impliquer tous ces acteurs pour faire de l’Année internationale de la culture de la paix de cette année la date de lancement du mouvement mondial.

Parents? Nous pouvons déjà voir l’aube d’un mouvement mondial de jeunesse pour agir contre le changement climatique. Ils devraient impliquer leurs parents, en soulignant que le Programme d’action appelle à « des actions visant à promouvoir un développement économique et social durable ».

Enseignants? Les associations d’enseignants, aux niveaux international et national, y compris l’Internationale de l’Education et les Ecoles associées de l’UNESCO, devraient informer et mobiliser leurs membres pour qu’ils jouent un rôle de premier plan. À leur tour, les enseignants peuvent informer et inspirer leurs élèves.

Les politiciens? Oui, il existe encore de nombreux hommes politiques progressistes dans le monde ! Comment pouvons-nous les atteindre pour inscrire ce projet dans leurs programmes ?

Des journalistes ? Les journalistes des médias alternatifs sont bien placés pour transmettre ce message à des milliers de lecteurs. Bien que les journaux des grands médias soient pour la plupart absorbés par la culture de la guerre, leurs journalistes souhaitent, dans de nombreux cas, voir un monde meilleur. Comment pouvons-nous les atteindre et comment peuvent-ils parvenir à faire passer le message dans les médias ?

Organismes et groupes religieux ? Les religions d’État adoptent la culture de guerre de l’État, mais par ailleurs, les religions œuvrent pour la paix. Le pape François n’est pas le seul chef religieux à appeler activement et explicitement à une culture de paix ! Les organismes et groupes religieux devraient être encouragés à jouer un rôle de premier plan !

Les intellectuels, ceux qui exercent des activités scientifiques, philosophiques, créatives et artistiques ? Lorsque nous avons eu besoin de faire connaître la Déclaration de Séville sur la violence, nous avons pu impliquer l’American Psychological Association, l’American Anthropological Association, l’American Sociological Association et d’autres associations scientifiques et humanistes du monde entier. Cela peut servir de modèle pour mobiliser les intellectuels. Et quant aux créateurs et artistes, voici l’occasion pour eux d’insérer un thème nouveau et vital dans leurs créations !

Travailleurs de la santé et humanitaires, travailleurs sociaux ? L’Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire ont reçu le prix Nobel de la paix en 1985 pour leur travail visant à rendre le monde plus sain à l’échelle mondiale. Ils nous donne l’example. Eux et de nombreuses autres organisations comme elles peuvent jouer un rôle important.

Des managers à différents niveaux ? Il existe des millions de managers dans le monde qui se préoccupent de la gestion quotidienne de leurs différentes organisations. Mais en plus de cela, ils doivent penser à l’avenir, non seulement de leur entreprise mais aussi de la communauté, du pays et de la région dans lesquels ils travaillent. Comment pouvons-nous les atteindre et les mobiliser ? Quel rôle peuvent-ils assumer ?

Organisations non-gouvernementales? Au cours de la Décennie de la culture de la paix des Nations Unis, nous avons documenté les contributions de près d’un millier d’organisations non gouvernementales ? Ils continuent de se mobiliser chaque année pour la Journée internationale de la paix. Ils doivent être mobilisés pour jouer un rôle clé dans le lancement du mouvement. Déjà en France, le the Mouvement de la Paix donne l’exemple en mobilisant et en consacrant chaque Journée internationale de la paix à un mouvement pour la culture de la paix.

Outre les acteurs précédents énumérés à l’article 8 de la Déclaration, les acteurs suivants sont répertoriés dans la section A du Programme d’action : les États membres ; Société civile; Système des Nations Unies ; L’UNESCO en particulier.

Même si la plupart des États membres sont prisonniers de la culture de la guerre, certains sont attachés à la culture de la paix, notamment en Afrique et en Amérique latine, et peuvent contribuer à lancer le mouvement mondial. L’Union africaine parraine la biennale de Luanda pour une culture de paix en Afrique. En 2014, la Proclamation de l’Amérique latine et des Caraïbes comme zone de paix a proclamé l’Amérique latine et les Caraïbes comme une « zone de paix ». Le point 6 appelle à « la promotion dans la région d’une culture de paix fondée, entre autres, sur sur les principes de la Déclaration des Nations Unies sur une culture de paix.

La société civile est couverte par les acteurs mentionnés ci-dessus dans la Déclaration.

Le système des Nations Unies a lancé le processus. Ce sont désormais ses nombreuses agences et départements qui devraient se charger de cette tâche. L’UNESCO est mentionnée en particulier dans le Programme d’action, affirmant qu’elle “devrait continuer à jouer son rôle important et à apporter des contributions majeures à la promotion d’une culture de paix”. Comment peut-on stimuler cela ?

Il existe d’autres acteurs importants qui ne sont pas mentionnés dans la Déclaration et le Programme d’action, mais qui peuvent jouer un rôle essentiel dans le développement du mouvement mondial : Il s’agit notamment des organisations de femmes, des syndicats et des villes.

Contrairement aux hommes qui composent la plupart des officiers et des soldats dans le monde et qui sont les PDG du complexe militaro-industriel, les femmes ont tendance à travailler pour un monde sain, notamment en donnant naissance et en élevant la prochaine génération. Leurs associations, que l’on voit partout dans le monde à l’occasion de la Journée internationale de la femme, peuvent jouer un rôle essentiel.

Les syndicats représentent des millions de travailleurs pour leur protection quotidienne. Nous les voyons dans les rues le 1er mai. Mais aussi ils se mobilisent pour l’avenir, comme par exemple dans la négociation de leurs contrats de travail. Ne devraient-ils pas également se mobiliser pour l’avenir de la planète en rejoignant le mouvement mondial à l’occasion de la Journée internationale de la paix ?

Contrairement aux États, les villes n’ont pas d’armes nucléaires, pas d’armées, pas de complexe militaro-industriel, pas de frontières à défendre ou à réguler les déplacements et le commerce, pas d’ennemis, bref, pas de culture de guerre. Les villes dotées de commissions pour la paix et les villes en général peuvent consacrer la célébration de cette année au lancement d’un mouvement mondial pour la culture de la paix. Huit mille villes sont membres de Maires pour la Paix. Quelle énorme contribution ils apporteraient s’ils marquaient la Journée internationale de la paix cette année en lançant un conseil de sécurité alternatif pour publier régulièrement des communiqués de presse sur ce que les maires feraient s’ils dirigeaient le Conseil de sécurité de l’ONU !

On a du travail à faire ! Veuillez ajouter vos suggestions Veuillez ajouter vos suggestions en postant un commentaire ci-dessous.

______________________________________________________

Dr. David Adams est membre du TRANSCEND Network for Peace Development Environment et coordinateur du Culture of Peace News Network. Il a pris sa retraite en 2001 de l’UNESCO où il était directeur de l’Unité pour l’Année internationale des Nations Unies pour la culture de la paix. Auparavant, aux universités de Yale et de Wesley, il était un spécialiste des mécanismes cérébraux du comportement agressif, de l’histoire de la culture de la guerre et de la psychologie des militants de la paix. Envoyez lui un email.

Go to Original – decade-culture-of-peace.org


Tags: , , ,

Share this article:


DISCLAIMER: The statements, views and opinions expressed in pieces republished here are solely those of the authors and do not necessarily represent those of TMS. In accordance with title 17 U.S.C. section 107, this material is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. TMS has no affiliation whatsoever with the originator of this article nor is TMS endorsed or sponsored by the originator. “GO TO ORIGINAL” links are provided as a convenience to our readers and allow for verification of authenticity. However, as originating pages are often updated by their originating host sites, the versions posted may not match the versions our readers view when clicking the “GO TO ORIGINAL” links. This site contains copyrighted material the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. We are making such material available in our efforts to advance understanding of environmental, political, human rights, economic, democracy, scientific, and social justice issues, etc. We believe this constitutes a ‘fair use’ of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. For more information go to: http://www.law.cornell.edu/uscode/17/107.shtml. If you wish to use copyrighted material from this site for purposes of your own that go beyond ‘fair use’, you must obtain permission from the copyright owner.

There are no comments so far.

Join the discussion!

We welcome debate and dissent, but personal — ad hominem — attacks (on authors, other users or any individual), abuse and defamatory language will not be tolerated. Nor will we tolerate attempts to deliberately disrupt discussions. We aim to maintain an inviting space to focus on intelligent interactions and debates.

− 2 = 1

Note: we try to save your comment in your browser when there are technical problems. Still, for long comments we recommend that you copy them somewhere else as a backup before you submit them.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.