(Français) La “peur” des Israéliens et l’inversion des rôles dans la propagande de l’occupant

IN ORIGINAL LANGUAGES, 4 Dec 2017

Samah Jabr | CAPJPO/EuroPalestine – TRANSCEND Media Service

Ce n’est pas nouveau, mais Samah Jabr, psychiatre et psychothérapeute à Jérusalem, en tournée pour la présentation du film “Derrière les fronts”, ne supporte plus les questions tendant à justifier le comportement des occupants israéliens par la “peur” éprouvée par ces derniers, et par la “haine” que leur voueraient les Palestiniens.

Des soldats des troupes d’occupation s’amusent à tirer à balles réelles sur des manifestants palestiniens à Nabi Saleh, le 26 mai dernier, après en avoir tué un 2 semaines plus tôt au même endroit. Photo : Haidi Motola

20 nov 2017 – Dans un article intitulé “La culpabilité de ceux qui haïssent et l’innocence de ceux qui ont peur”, elle écrit : “Dans les nombreuses discussions publiques auxquelles j’ai participé avec des Occidentaux au sujet de la violation des droits des Palestiniens, une question est toujours posée : « Qu’en est-il de la peur des Israéliens ? ».De même, combien de fois avons-nous entendu des médias occidentaux, et même le président des États-Unis, parler de « haine palestinienne » ?

Après avoir rappelé qu’Israël, qui se pose en permanence en victime,

  • dispose depuis longtemps de l’une des armées les plus puissantes au monde,
  • enferme les Palestiniens désarmés entre des murs et délègue à certains Palestiniens le rôle d’imposer ordre et silence dans ces cages,
  • que dans chacune des confrontations, le nombre de victimes palestiniennes est 100 fois plus élevé que le nombre de victimes israéliennes
  • que des milliers de Palestiniens se trouvent dans des prisons israéliennes, et non pas l’inverse.
  • que des milliers de maisons palestiniennes, et non pas israéliennes, ont été démolies par des bulldozers,

Smah Jabr qualifie d’”injuste et insultant” que la question des « craintes des Israéliens » puisse être posée à un Palestinien, dans la mesure où la question elle-même révèle un déni profond du long historique de la violence israélienne.

“Le plaidoyer pour l’empathie et la compréhension, lorsqu’il est adressé à la victime même de l’occupation israélienne, est simplement absurde. Il est pourtant attendu des Palestiniens qu’ils fassent preuve de compréhension et apportent leur réconfort face à ces peurs. Le fait de s’y refuser est considéré comme une preuve supplémentaire de la haine palestinienne”

“Je comprends fort bien les peurs d’origine traumatique causées par l’histoire des Juifs européens au cours du siècle dernier, ajoute-t-elle. Mais pourquoi devrais-je, moi Palestinienne, être appelée à apaiser ces peurs passées alors que je suis quotidiennement confrontée au présent traumatisant de la Palestine occupée ? Comment éprouver une grande empathie pour cette tragédie historique européenne alors que les menaces israéliennes sur mon existence et ma sécurité sollicitent continuellement mon attention la plus urgente ?”

“La peur des Israéliens n’est pas simplement l’innocent héritage d’un passé traumatique, fait-elle remarquer. C’est un instrument politique suspect, une manipulation abjecte justifiant le traitement cruel des Palestiniens. L’invocation des peurs israéliennes fait taire les protestations, et elle signifie qu’une telle peur instrumentalisée ne peut être apaisée tant que les Palestiniens n’auront pas complètement disparu.”(…)

“Pour être juste, souligne l’auteur, un certain degré de peur de la part des Israéliens n’est pas sans raison : la crainte qu’une petite partie de leur violence puisse se retourner contre eux les hante. Cette crainte prend rarement la forme de fusées ou de bombardements, mais plutôt celle d’un jeune Palestinien essayant de punir Israël en lançant une pierre ou en poursuivant un soldat israélien avec un tournevis. Et de tels événements se produisent parce que les Nations unies et les dirigeants palestiniens se montrent incapables de tenir les Israéliens pour responsables de leurs crimes.

Attribuer un sentiment de peur aux Israéliens favorise une identification et une empathie à leur égard, tandis qu’attribuer le caractère dégradant de la haine aux Palestiniens engendre répulsion et aversion à leur encontre.

Il existe une haine de l’État d’Israël parmi les Palestiniens, mais cette haine n’excède pas la haine inévitable que tout groupe opprimé et colonisé ressent à l’égard du collectif qui perpètre contre lui des crimes sans fin. Les Palestiniens ne détestent pas les Israéliens en tant que juifs, mais comme participants au système responsable de leur oppression politique. Les Palestiniens ne sont pas nés avec de la haine ; la haine se développe comme une réaction appropriée à l’ensemble des expériences odieuses qui caractérisent la vie sous occupation. Le peuple de Palestine n’est pas connu pour son antisémitisme ; il a accueilli les pèlerins d’Afrique comme les réfugiés d’Arménie. Avant l’occupation, de nombreux Palestiniens musulmans et chrétiens étaient mariés à des juifs vivant en Palestine. Mais, comme toute nation, les Palestiniens exècrent le vol de leur terre, les souffrances et les humiliations que l’occupation leur inflige. C’est une haine légitime, qui distingue ce qui blesse de ce qui protège, et encourage la résistance à l’oppression plutôt que la soumission au désespoir.

S’attendre que les Palestiniens soient exempts de haine ou de sentiments négatifs à l’égard d’Israël, c’est comme s’attendre à ce qu’une femme violée ait de l’empathie pour son violeur. Ce serait un exemple du syndrome de Stockholm – au mieux une dissociation du Moi –, psychologiquement plus dangereux encore que la haine elle-même. Ce syndrome entraînerait finalement une intériorisation de cette haine, qui s’exprimerait alors de manière destructrice au sein de la communauté opprimée.

Ce qu’Israël craint réellement, c’est sa propre « ombre » obscure, c’est sa violence et sa haine immenses, non assumées et projetées sur les Palestiniens.

Ce n’était pas la peur mais la haine qui a permis à Israël de commettre des massacres pour évacuer brutalement les villes et villages de Palestine, et qui motive les soldats à tuer des prisonniers menottés ou des blessés inconscients. C’est la haine qui incite les colons à brûler vifs des Palestiniens et à déraciner les vieux arbres de Palestine. C’est bien un discours de haine que profèrent les soldats israéliens qui traitent les Palestiniens de « bêtes à deux pattes », de « cafards drogués » et de « crocodiles réclamant toujours plus de chair ». C’est un discours de haine qui non seulement encourage les actes haineux commis au nom de l’occupation, mais légitime aussi le nettoyage ethnique. Car n’est-ce pas là le traitement que l’on se doit de réserver aux cafards ?

Plutôt que de critiquer les Palestiniens pour leur haine et d’excuser les Israéliens pour leur peur, le plus constructif serait d’aider Israël à distinguer la réalité du fantasme. Cela impliquerait d’admettre la haine et la cupidité d’Israël, et de reconnaître que la fin de son odieuse occupation constitue le seul recours contre ses peurs.”

_______________________________________

Samah Jabr

 

 

 

 

Go to Original – europalestine.com

 

Share or download this article:


DISCLAIMER: In accordance with title 17 U.S.C. section 107, this material is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. TMS has no affiliation whatsoever with the originator of this article nor is TMS endorsed or sponsored by the originator. “GO TO ORIGINAL” links are provided as a convenience to our readers and allow for verification of authenticity. However, as originating pages are often updated by their originating host sites, the versions posted may not match the versions our readers view when clicking the “GO TO ORIGINAL” links. This site contains copyrighted material the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. We are making such material available in our efforts to advance understanding of environmental, political, human rights, economic, democracy, scientific, and social justice issues, etc. We believe this constitutes a ‘fair use’ of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. For more information go to: http://www.law.cornell.edu/uscode/17/107.shtml. If you wish to use copyrighted material from this site for purposes of your own that go beyond ‘fair use’, you must obtain permission from the copyright owner.


There are no comments so far.

Join the discussion!

We welcome debate and dissent, but personal — ad hominem — attacks (on authors, other users or any individual), abuse and defamatory language will not be tolerated. Nor will we tolerate attempts to deliberately disrupt discussions. We aim to maintain an inviting space to focus on intelligent interactions and debates.

 (please enter the four letters and numbers you see above, no spaces)