(Français) Tuer la biosphère pour accélérer l’extinction humaine

IN ORIGINAL LANGUAGES, 1 Jan 2018

Robert J. Burrowes, Ph.D. | Prepare for Change – TRANSCEND Media Service

Il y a plusieurs années au Cameroun, un pays d’Afrique de l’Ouest, un rhinocéros noir occidental a été tué. C’était le dernier de son genre sur Terre.

décembre 13, 2017 – Ainsi, le Rhinocéros Noir Occidental, la plus grande sous-espèce de rhinocéros qui avait vécu pendant des millions d’années et était le deuxième plus grand mammifère terrestre sur Terre, n’existe plus.

Mais alors que vous avez probablement entendu parler du Rhinocéros noir occidental, et peut-être même connu son extinction, saviez-vous que le jour même où il a disparu, 200 autres espèces de vie sur Terre se sont également éteintes ?

C’est parce que le sixième événement d’extinction massif de l’histoire de la Terre s’accélère à un rythme sans précédent avec 200 espèces de plantes, d’oiseaux, d’animaux, de poissons, d’amphibiens, d’insectes et de reptiles disparaissant tous les jours qu’il y a de fortes chances que vous n’en ayez jamais entendu parler. Par exemple, avez-vous entendu parler de la Pipistrelle de Christmas Island, récemment déclarée disparue ? Voir “Pipistrelle de l’île Christmas Island déclarée éteinte par l’UICN“.

Outre les 200 espèces qui disparaissent chaque jour, et juste pour souligner l’ampleur catastrophique de cette crise, une myriade de populations locales de nombreuses espèces disparaissent chaque jour et des millions de formes de vie sont également tuées. Voir “L’annihilation biologique par le biais de la sixième extinction massive en cours signalée par les pertes et le déclin des populations de vertébrés“.

Pour un avant-goût de la vaste littérature sur ce sujet qui ne traite que des impacts par rapport aux insectes, voir “Mort et extinction des abeilles“,”L’insectifuge : l’agriculture est plus catastrophique que la dégradation du climat” et “Décimé : les oiseaux allemands disparaissent alors que l’abondance des insectes chute de 76%“.

Est-on en train de faire quoi que ce soit pour mettre fin à cet omnicide (la destruction de toute vie) ?

Pas vraiment, bien qu’il y ait beaucoup de rhétorique et d’actions limitées dans certains contextes car tous sauf quelques individus et organisations engagés ignorent cette attaque alors que moins encore prennent des mesures qui s’attaquent à la cause sous-jacente et/ou aux moteurs fondamentaux de cette tuerie. Malheureusement, la plupart des efforts sont encore gaspillés pour faire pression sur les élites.

Dans le dernier exemple de l’absurdité des pressions exercées sur les élites pour qu’elles agissent dans notre lutte pour défendre la biosphère terrestre, l’Union européenne vient de renouveler à nouveau la licence de Monsanto pour continuer d’empoisonner (et de détruire) notre monde – voir “Le vote allemand fait basculer la décision de l’UE sur le renouvellement quinquennal du glyphosate” – malgré les preuves déjà accablantes des conséquences catastrophiques de cette décision. Voir, par exemple,”Nous tuer en douceur – Herbicide au glyphosate ou génocide” et “Les cultures vivrières génétiquement modifiées qui poussent illégalement en Inde : le plan criminel visant à modifier le noyau génétique du système alimentaire national“.

Bien sûr, l’empoisonnement massif de la biosphère n’est qu’un moyen de la détruire et, si les élites et leurs agents sont à l’origine de la plupart de ces destructions, ils comptent néanmoins souvent sur notre complicité. Pour ne détailler que quelques-unes de ces nombreuses techniques de destruction de notre biosphère, dont nous sommes pour la plupart complices, voici quelques exemples. Nous détruisons les forêts tropicales – voir “Cycles de richesse dans l’Amazonie brésilienne : Or, bois d’oeuvre, bois de construction, bovins et maintenant, énergie “- nous contaminons et privatisons l’eau douce – voir “Les eaux souterraines consommées par des milliards d’êtres humains peuvent être contaminées par des matières radioactives disséminées dans le monde entier par des essais nucléaires des années 1950” et “Nestlé refuse de reconnaître que l’eau est un droit humain essentiel“- nous surpêchons et polluons les océans – voir “Le nouveau rapport de l’ONU trouve que les débris marins nuisent à plus de 800 espèces, ce qui coûte cher à des millions de pays“. Nous mangeons de la viande malgré l’impact dévastateur de l’agriculture animale sur la biosphère terrestre – voir “Le vrai coût environnemental de la consommation de viande” – nous détruisons le sol – voir “Seulement 60 ans d’agriculture restants si la dégradation des sols se poursuit” – et nous utilisons nos voitures et notre transport aérien (ainsi que notre consommation de viande) comme armes clés dans notre destruction de l’atmosphère et du climat de la Terre avec des niveaux de dioxyde de carbone atmosphérique, de méthane et d’oxyde nitreux cassant tous les records en 2016. Voir “Bulletin sur les gaz à effet de serre“.

Mais si vous pensez que c’était déjà assez grave, saviez-vous qu’il y a des rejets incontrôlés de méthane dans l’atmosphère que nous avons déclenchés – voir “7 000 bulles de gaz souterraines sur le point d”exploser’ dans l’Arctique” et “La libération de méthane dans l’arctique” peut être apocalyptique, prévient Study Warns – et saviez-vous que les scientifiques de l’Université de Leicester avertissent que nous détruisons l’oxygène terrestre ? Voir “Le désastre du réchauffement climatique pourrait suffoquer la vie sur la planète Terre, selon des recherches” et “L’événement d’extinction gagne du terrain“.

Débris radioactifs provenant de Fukushima s’approchant de la côte ouest de l’Amérique du Nord (Source: RT)

En outre, s’appuyant sur notre ignorance et notre complicité, l’élite tue de vastes zones de la biosphère terrestre par la guerre et d’autres violences militaires (sans même tenir compte de la dévastation unique, et peut-être même mortelle, de la guerre nucléaire menacée récemment et à plusieurs reprises) – voir, par exemple, le Projet sur les restes toxiques de la guerre et le film «Terres cicatrisées et vies blessées” – soumet la Terre à des rejets incontrôlés de contamination radioactive -voir «La radiation de Fukushima a contaminé l’océan Pacifique tout entier – et ca va empirer» – et utilise la géoingénierie pour mener une guerre contre le climat, l’environnement et, finalement, contre nous-mêmes. Voir, par exemple,”Cataclysme du climat artificiel: l’ouragan Harvey “,”Modification météorologique planétaire : chemtrails, géoingénierie atmosphérique et guerre environnementale“,”Chemtrails : Aérosols et armes électromagnétiques à l’ère de la guerre nucléaire” et “L’arme ultime de la destruction massive : Posséder le temps pour l’usage militaire“.

Bien entendu, tout cela se fait au coût immédiat d’êtres humains, en particulier les peuples autochtones – voir, par exemple,”Cinq façons dont le changement climatique nuit aux peuples autochtones” – et pour ceux qui sont les plus vulnérables, voir “Pauvreté mondiale : Comment les riches mangent les pauvres et le monde ; Les grands mensonges“- mais les élites savent qu’elles peuvent ignorer notre lobbying et nos manifestations occasionnelles, symboliques et désorganisées tout en comptant sur la peur et l’impuissance de la plupart d’entre nous pour s’assurer que nous ne faisons rien de stratégique pour riposter.

Et étant donné les attaques criminelles incessantes de l’élite mondiale folle – voir “L’élite mondiale est folle” – dirigées contre la biosphère terrestre ainsi que les nombreux fonctionnaires universitaires, bureaucratiques, commerciaux, juridiques, les médias, militaires, politiques et scientifiques de l’élite qui nient la science et menacent la survie humaine dans l’intérêt des privilèges personnels à court terme, du profit des entreprises et du contrôle social, il est grand temps que ceux d’entre nous qui sont réellement concernés élaborent et mettent en œuvre une stratégie qui reconnaisse l’élite et ses nombreux agents comme des adversaires auxquels il faut résister par une stratégie prudente et puissante.

Le problème est donc essentiellement le suivant :

les êtres humains détruisent la biosphère et conduisent à l’extinction d’innombrables formes de vie, y compris la nôtre. Et il y a peu de résistance stratégique à cette attaque.

Il y a, bien sûr, une explication à cela et cette explication doit être comprise si nous voulons mettre en œuvre une stratégie pour réussir à mettre un terme à notre assaut omnicidaire contre la biosphère terrestre à temps pour nous sauver nous-mêmes et sauver le plus d’espèces possible dans un environnement écologique viable.

C’est parce que si vous voulez résoudre un problème ou un conflit, il est impératif de savoir et d’agir sur la vérité. Sinon, vous agissez simplement sur une illusion et quoi que vous fassiez, vous n’obtiendrez aucun résultat désirable pour vous-même, les autres, la Terre ou sa multitude de créatures. Bien sûr, la plupart des gens se contentent de vivre dans l’illusion : cela évite le besoin d’analyser courageusement, intelligemment et consciencieusement ce qui se passe réellement et d’y répondre avec force. En bref : elle facilite la vie (c’est-à-dire moins effrayant), même si les problèmes continuent à se répéter et que les conflits sont réprimés, plutôt que résolus, pour s’intensifier périodiquement.

Et, bien sûr, c’est ce que veulent les élites. Ils ne veulent pas que des individus ou des organisations puissants interfèrent dans leur plan pour consolider (maintenant rapidement) leur contrôle militarisé sur les populations et les ressources du monde.

C’est pourquoi, par exemple, les élites aiment la ” démocratie ” : elle assure la déresponsabilisation de la population. Comment ça se fait ? Demandez-vous. Le défaut fondamental de la démocratie, c’est que les gens ont été trompés en abandonnant leur pouvoir personnel d’agir de manière responsable – par rapport aux importantes questions sociales, politiques, économiques, environnementales et climatiques de l’époque – à des “représentants” élus du gouvernement qui représentent alors avec crainte les élites qui les contrôlent réellement (que ce soit par des incitations financières, un soutien électoral ou d’autres moyens) en supposant qu’ils ne soient pas eux-mêmes membres de l’élite et qu’ils représentent simplement les priorités de l’élite par intérêt commun (comme le fait Donald Trump).

Et parce que nous déléguons la responsabilité à ces politiciens impuissants qui agissent avec crainte (ou par intérêt partagé) en réponse à l’appel d’offres de l’élite, les meilleures informations scientifiques sur l’état de la Terre sont tout simplement ignorées ou rejetées alors que les “avertissements scientifiques” conservateurs préconisant des “stratégies” qui doivent échouer sont largement diffusés. Voir, par exemple,”Les scientifiques du monde entier avertissent l’humanité : un deuxième avertissement“.

Cette incapacité généralisée à réagir de manière réfléchie et puissante est donc une raison fondamentale pour laquelle nous tuons la biosphère et détruisons la vie sur Terre. Trop peu d’humains sont prêts à accepter la responsabilité personnelle de comprendre pourquoi la violence se produit et de participer à un programme de prévention de la violence conçu avec soin. Et encore moins de sauver d’innombrables autres espèces de devenir prématurément des fossiles. Il est plus facile de laisser la responsabilité aux autres. Voir “L’illusion, je ne suis pas responsable“.

Et, de toute évidence, le temps presse, à moins que vous ne soyez assez crédules pour croire à l’illusion commanditée par l’élite qui favorise l’inaction et maximise les profits des entreprises entre-temps parce que nous sommes censés avoir jusqu’à “la fin du siècle”. Loin de là, cependant. Comme l’expliquent certains scientifiques courageux qui refusent invariablement l’accès aux principaux organes d’information, l’extinction humaine à court terme est maintenant le résultat le plus probable.

L’un de ces scientifiques est le professeur Guy McPherson, qui apporte des preuves convaincantes que les êtres humains disparaîtront d’ici 2030. Pour résumer, les preuves soulignent les effets synergiques habituellement négligés d’un grand nombre de ces tendances destructrices (dont certaines sont mentionnées ci-dessus) et il cite de nombreuses références, écoutez la conférence du professeur McPherson sur “L’effondrement climatique et l’extinction très proche de l’être humain“.

Pourquoi 2030 ? Car, selon McPherson, la “tempête parfaite” d’assauts environnementaux que nous infligeons maintenant à la Terre dont les 28 boucles auto-renforcées de rétroaction climatique qui ont déjà été déclenchées, est tellement au-delà de la capacité d’absorption de la Terre qu’il y aura une succession continue de bris terminaux des principaux systèmes et processus écologiques – c’est-à-dire la perte d’habitat – au cours de la prochaine décennie et précipitera la disparition de la sève homo sapiens sapiens.

Un chef de file mondial dans la lutte contre le réchauffement climatique : le plafonnement et l’échange de quotas peuvent accroître les émissions de CO2.

En ce qui concerne le seul climat, un autre scientifique, le professeur Kevin Anderson, directeur adjoint du Centre Tyndall pour la recherche pour le changement climatique, la plus importante institution britannique de modélisation climatique, a averti que les émissions sont désormais hors de contrôle et que nous nous dirigeons vers un monde plus chaud de 6 degrés; il a souligné que même l’Agence internationale de l’énergie, et des organisations conservatrices comme elle, avertissent que nous sommes sur la bonne voie pour une augmentation de 4 degrés (au niveau préindustriel) d’ici 2040. Il a également accusé trop de climatologues de se taire sur les évaluations irréalistes des gouvernements. Voir “Ce qu’ils ne vous diront pas au sujet de la catastrophe climatique“.

Méfiez-vous donc des explications, des objectifs et des plans d’action “officiels” par rapport au climat qui sont approuvés par les grands rassemblements qu’ils soient gouvernementaux ou scientifiques. Peu de gens ont le courage de dire la vérité lorsqu’elle garantit l’impopularité et peut se manifester facilement en tant que fin de carrière et marginalisation sociale et scientifique.

Soit dit en passant, il vaut peut-être la peine de mentionner que la plupart des gens ont oublié depuis longtemps qu’il y a dix ans (quand la température de la planète était de 0,8 degré au-dessus du niveau préindustriel), il avait été suggéré qu’une hausse de la température mondiale ne dépassant pas 0,5 degré au-dessus du niveau préindustriel était en fait nécessaire pour parvenir à un climat sûr, l’Arctique étant intact (bien qu’il n’y ait pas de méthode claire et réaliste pour que les humains réduisent la température mondiale à ce niveau). Malheureusement, nous avons fait peu de progrès au cours de la dernière décennie, si ce n’est de continuer à relever la limite “acceptable” (à 2 degrés ou “seulement” 1,5). La plupart des humains aiment se leurrer pour éviter de traiter avec la vérité.

C’est pourquoi, pour ceux d’entre nous qui se sont engagés à répondre avec force à cette crise, la question fondamentale est la suivante : pourquoi précisément les êtres humains détruisent-ils la vie sur Terre ? Sans une réponse précise à cette question, toute stratégie pour faire face à cette crise doit être fondée sur des hypothèses ou une idéologie.

Examinons donc brièvement quelques réponses possibles à cette question.

Certaines personnes affirment que c’est génétique : les êtres humains ont des comportements violents et, par conséquent, destructeurs envers eux-mêmes, les autres et la Terre ; c’est “inhérent” à l’organisme humain; pour cette raison, la violence ne peut pas être prévenue ou contrôlée et les humains doivent détruire sans fin.

Cependant, tout argument selon lequel les êtres humains sont génétiquement prédisposés à infliger la violence est facilement réfuté par les preuves accablantes de la coopération humaine tout au long des millénaires. Il y a d’innombrables exemples, allant de l’interpersonnel à l’international, de la coopération humaine pour résoudre les conflits sans violence même lorsque ces conflits impliquent des questions complexes et de puissants intérêts particuliers. Il existe également de nombreux exemples d’humains, en particulier de communautés autochtones, vivant en harmonie avec la nature plutôt que de la détruire.

D’autres analystes soutiennent que la violence et la destruction humaines sont des manifestations de structures politiques, économiques et/ou sociales – telles que le patriarcat, le capitalisme et l’État, selon la perspective – et bien que je sois d’accord pour dire que la violence structurelle (massive) se produit réellement, je ne crois pas que ces structures, à elles seules, constituent une explication adéquate de la cause de la violence.

C’est tout simplement parce que toute explication structurelle ne peut expliquer la violence dans tous les contextes (y compris la violence qui a mené à la création de la structure en premier lieu) ou expliquer pourquoi elle ne se produit pas dans certains contextes où une perspective particulière indique qu’elle devrait le faire.

Y a-t-il donc une autre explication plausible à la violence humaine ? Peut-on faire quelque chose ? Permettez-moi d’offrir une explication et une marche à suivre qui tire également parti des enseignements de ces traditions qui ont critiqué la violence structurelle sous ses multiples formes.

Depuis 1966, je cherche à comprendre pourquoi les êtres humains sont violents et les preuves m’ont convaincu que l’origine de toute violence humaine est la violence infligée par les adultes aux enfants sous couvert de ce que les sociologues appellent la “socialisation”. Cette violence prend de nombreuses formes – ce que j’appelle la violence “visible”, “invisible” et “totalement invisible” – elle crée des individus extrêmement endommagés qui s’infligent alors personnellement de la violence contre eux-mêmes, ceux qui les entourent (y compris leurs propres enfants) et la Terre, tout en créant des structures de violence et d’exploitation, en y participant, en les défendant et/ou en en profitant. Pour une explication complète de ce point, voir “Pourquoi la violence ?” et “Psychologie sans peur et psychologie de la peur : principes et pratique“.

C’est pourquoi, à mon avis, les preuves sont accablantes que si nous voulons mettre fin à la violence humaine, qu’elle soit infligée à nous-mêmes, aux autres ou à la Terre alors, l’élément central de notre stratégie doit être de mettre fin à la violence des adultes contre les enfants. Voir “Ma promesse aux enfants“. Je prétends que cela doit être “l’élément central de notre stratégie” pour la simple raison que chaque enfant endommagé grandit pour devenir un auteur volontaire et actif de la violence alors que, s’il n’était pas aussi endommagé, il serait un puissant agent de paix, de justice et de durabilité engagé à résister à la violence et à l’exploitation dans tous les contextes jusqu’à ce qu’elle soit éliminée.

Cet héritage évolutif profond – pour être un individu intègre qui choisit et vit consciemment son propre chemin de vie unique, puissant et non violent – nous a été refusé à presque tous parce que les humains terrorisent sans fin leurs enfants dans une obéissance et un conformisme social insensés, les laissant impuissants à accéder à leur conscience et à la vivre.

C’est très facile pour les élites : en combinant alors la peur, l’endoctrinement (via le système éducatif, les médias et la religion) et l’intimidation (via la police, les systèmes judiciaire et pénitentiaire) parfois adouci par quelques jouets et bibelots, elles maintiennent le contrôle social et maximisent les profits des entreprises en forçant le reste d’entre nous à gaspiller notre vie à faire un travail vide de sens, dans le déni de notre Soi, dans l’économie contrôlée par les entreprises.

Cependant, comme je l’ai laissé entendre plus haut, nous ne devons pas nous contenter de travailler simplement pour mettre fin à la violence contre les enfants. Nous pouvons également œuvrer pour mettre fin à toutes les autres manifestations de la violence – y compris la violence contre les femmes, les peuples autochtones, les personnes de couleur, les musulmans, les classes ouvrières et la violence contre la Terre – mais nous reconnaissons que si nous nous attaquons à cette violence sans nous attaquer simultanément à sa source, nous sapons fondamentalement nos efforts pour nous attaquer également à ces autres manifestations de la violence.

De plus, s’attaquer à la violence structurelle (comme le capitalisme) en recourant à la violence directe ne peut pas fonctionner non plus. Parce que la violence se nourrit toujours de la peur, elle prolifère et se manifeste toujours à nouveau qu’il s’agisse de violence directe, structurelle, culturelle ou écologique aussi bénéfique qu’elle puisse être à court terme.

Il est donc important de souligner qu’en plus de comprendre et de s’attaquer à la cause fondamentale de cette crise, nous devons mettre en œuvre une stratégie globale qui tienne compte de toutes ses composantes et s’attaque à chacune d’entre elles. Il n’est pas utile de travailler à la réalisation d’un seul objectif qui pourrait régler un problème, quelle que soit l’importance de ce problème particulier. La crise est trop avancée pour se contenter d’actions fragmentaires.

Par conséquent, si vous souhaitez lutter simultanément contre toute cette violence, vous pourriez envisager de rejoindre ceux qui participent à la stratégie globale simplement expliquée dans “Le projet de l’arbre de flamme pour sauver la vie sur Terre“. Si vous souhaitez aborder la violence dans un contexte particulier, direct, structurel ou autre, envisagez d’utiliser l’approche stratégique décrite dans la stratégie de campagne non-violente ou la stratégie de défense/libération non-violente.

Et si vous souhaitez vous engager publiquement à participer à l’effort pour mettre fin à toute violence humaine, vous pouvez le faire en signant l’engagement en ligne de “La Charte des peuples pour créer un monde non-violent“.

La destruction de la biosphère est le moyen le plus efficace de détruire la vie sur Terre parce qu’elle détruit les fondements écologiques – la vaste gamme d’habitats incroyablement divers et interreliés – dont dépendent les organismes pour leur survie. Et nous sommes maintenant très doués pour cette mise à mort, c’est pourquoi la prévention de l’extinction humaine sera  extraordinairement difficile.

Par conséquent, tant que vous n’aurez pas pris une décision personnelle et consciente de participer stratégiquement à la lutte pour sauver des vies sur Terre, vous serez l’un de ces individus qui tuent la biosphère en tant que sous-produit de la vie sans conscience et sans engagement : une personne qui surconsomme tout simplement son chemin vers l’extinction.

Donc, la prochaine fois que vous réfléchirez au destin de l’humanité, qui est inextricablement lié au destin de la Terre, il vaudrait peut-être la peine de considérer la beauté incomparable de ce que la Terre a engendré. Voir, par exemple, “Deux giraffes blanches vues dans la zone protégée au Kenya”.

Et en faisant cela, demandez-vous à quel point vous êtes prêt à vous battre pour sauver des vies sur Terre.

______________________________________________

Robert J. Burrowes, membre de TRANSCEND International, est engagé toute sa vie à comprendre la violence humaine et à y mettre fin. Il mène des recherches approfondies depuis 1966 dans le but de comprendre pourquoi les êtres humains sont violents et est un activiste non-violent depuis 1981. Il est l’auteur de “Pourquoi la violence ?” Son adresse courriel est flametree@riseup.net et son site Web est ici.

 

 

Traduction Lucy Pitt.

Lire en: English

Go to Original – prepareforchange.net

 

Share this article:


DISCLAIMER: In accordance with title 17 U.S.C. section 107, this material is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. TMS has no affiliation whatsoever with the originator of this article nor is TMS endorsed or sponsored by the originator. “GO TO ORIGINAL” links are provided as a convenience to our readers and allow for verification of authenticity. However, as originating pages are often updated by their originating host sites, the versions posted may not match the versions our readers view when clicking the “GO TO ORIGINAL” links. This site contains copyrighted material the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. We are making such material available in our efforts to advance understanding of environmental, political, human rights, economic, democracy, scientific, and social justice issues, etc. We believe this constitutes a ‘fair use’ of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. For more information go to: http://www.law.cornell.edu/uscode/17/107.shtml. If you wish to use copyrighted material from this site for purposes of your own that go beyond ‘fair use’, you must obtain permission from the copyright owner.


Comments are closed.