(Français) Pourquoi le budget militaire gonflé menace de faire tomber l’empire américain

ORIGINAL LANGUAGES, 3 Feb 2020

David Adams | Transition to a Culture of Peace – TRANSCEND Media Service

 

 

 

1 fév. 2020 – L’expansion continue et incontrôlée du budget militaire américain, décrite dans le bulletin CPNN de ce mois-ci, me rappelle ce qui est arrivé à l’empire soviétique dans les années 80.

Au début des années 80, trois choses préfiguraient la fin de l’empire soviétique:

  1. La décision de la CIA de détruire l’empire soviétique, non pas par la guerre, mais par la course aux armements pour mettre en faillite leur économie. En faisant correspondre les budgets militaires de l’Occident au rouble pour un dollar, mais sur la base d’une économie moitié moins grande, l’Union soviétique a été obligée de détourner la quasi-totalité de ses ressources vers les forces armées. Par exemple, en Occident, environ 40% des scientifiques et ingénieurs étaient engagés directement ou indirectement dans l’armée, mais en Union soviétique, ils étaient plus proches de 90%. Il ne restait plus rien pour le développement économique ou pour les besoins de la population.
  2. La prédiction de Johan Galtung en 1980 que l’Empire soviétique s’effondrerait dans 10 ans.
  3. J’ai vécu cela en travaillant dans un laboratoire scientifique lors de mes recherches sur le cerveau à Moscou. Quand je ne pouvais pas obtenir d’appareils électroniques ni un bon ingénieur en électronique, je demandais à un collègue russe effectuant des recherches cardiovasculaires comment il avait obtenu son bon équipement. “J’ai des amis dans l’armée”, a-t-il répondu. Oui, il y avait des files d’attente devant les magasins pour la viande, mais les plus longues que j’ai vues étaient pour acheter de l’or ou des diamants parce que les gens craignaient que le rouble ne s’effondre.

Ils avaient tous raison, la CIA, Galtung et les gens qui achetaient de l’or. Seulement au lieu de 10 ans, il a fallu 9 ans avant que le rouble ne s’effondre et que l’empire tombe juste après.

Comme ce fut le cas en Union soviétique, l’expansion continue du budget militaire laisse peu de place au développement économique ou aux besoins du peuple américain. Mais le plus important, comme ce fut le cas pour l’Union soviétique, elle détruit la confiance dans le dollar américain.

Le budget militaire américain n’est pas payé par les bénéfices des exportations américaines. En fait, les États-Unis importent régulièrement plus qu’ils n’exportent et accusent un déficit qui, pour l’année 2019, était supérieur à un billion de dollars. Comme nous l’avons vu, le budget militaire en représente près de 75%.

Le déficit est principalement couvert par la vente de bons, de billets et d’obligations du Trésor américain, dont une grande partie est achetée par d’autres pays, les plus importants étant le Japon et la Chine. En octobre 2019, le Japon détenait 1,27 billion de dollars de la dette américaine et la Chine, 1,10 billion de dollars.

National Priorities Project

Normalement, on considère que le Japon, la Chine et d’autres pays continueront à acheter de la dette américaine car ils perdront leur investissement si le dollar s’effondre. Traditionnellement, le dollar a été considéré comme un “refuge” pour les investissements.

Mais il y a des signes de changement. En particulier, on peut le voir dans le mouvement de l’or d’Ouest en Est. Depuis 2005, la Russie, la Chine, la Turquie et l’Inde ont acheté environ 80% de la production mondiale d’or (36 000 tonnes), et récemment le Japon a également acheté de l’or. Ils échangent l’or en dollars et, du moins dans le cas de la Russie, il est indiqué qu’il s’agit d’un processus de «dé-dollarisation». Cela a été rendu explicite dans les remarques du ministre russe des Affaires étrangères ce 15 janvier.

Pendant ces années, les États-Unis, en revanche, ont vendu leur or. Ils prétendent toujours en avoir encore 8 000 tonnes, mais on soupçonne que cela est exagéré.

Selon The Economist du 18 janvier, plus les États-Unis imposent de sanctions financières à d’autres pays (une tactique préférée de l’administration Trump), plus les pays suivront le mouvement de la Russie et dé-dollariseront leurs économies.

Selon l’article de The Economist, dans le passé, lorsque leurs pays étaient en proie à des bouleversements économiques, ils achetaient des dollars comme “refuge”. Mais lors de la dernière crise entre les États-Unis et l’Iran, il y avait des signes que cela avait changé. Le Financial Times a révélé le 10 janvier que cette fois il n’y avait pas d’augmentation des achats de dollars.

Voici quelques citations du Financial Times:

“Un changement plus profond du statut de valeur refuge du dollar pourrait toutefois avoir lieu, selon Zach Pandl, responsable de la stratégie de change mondiale chez Goldman Sachs. Il a souligné les efforts de la Russie, qui étend l’utilisation des euros et des roubles. pour le règlement des transactions énergétiques, afin de réduire sa dépendance à l’égard de la devise américaine … M. Pandl a déclaré que d’autres pays pourraient emboîter le pas si les tensions géopolitiques persistent. ‘Si les tensions ne durent que quelques semaines ou quelques mois, ce ne sera pas suffisant pour lancer un effort de dé-dollarisation à grande échelle,’ a-t-il dit. ‘Mais s’il devait durer plus longtemps ou s’élargir d’une manière ou d’une autre, il pourrait affecter certains aspects du rôle mondial du dollar.’”

Une fois que le rouble s’est écrasé après 1989, tout était en descente. Finalement, aidé par des conseillers de la CIA envoyés pour “conseiller” le président Eltsine, le rouble a été dévalué de 10 000 fois. Imaginez ce qui arrivera à l’empire américain et à l’économie mondiale si le dollar perd son rôle mondial et doit être dévalué!

______________________________________________________

Dr. David Adams est membre du TRANSCEND Network for Peace Development Environment et coordinateur du Culture of Peace News Network. Il a pris sa retraite en 2001 de l’UNESCO où il était directeur de l’Unité pour l’Année internationale des Nations Unies pour la culture de la paix. Auparavant, aux universités de Yale et de Wesley, il était un spécialiste des mécanismes cérébraux du comportement agressif, de l’histoire de la culture de la guerre et de la psychologie des militants de la paix. Envoyez lui un email.

Go to Original – decade-culture-of-peace.org


Tags: , , ,

 

Share this article:


DISCLAIMER: The statements, views and opinions expressed in pieces republished here are solely those of the authors and do not necessarily represent those of TMS. In accordance with title 17 U.S.C. section 107, this material is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. TMS has no affiliation whatsoever with the originator of this article nor is TMS endorsed or sponsored by the originator. “GO TO ORIGINAL” links are provided as a convenience to our readers and allow for verification of authenticity. However, as originating pages are often updated by their originating host sites, the versions posted may not match the versions our readers view when clicking the “GO TO ORIGINAL” links. This site contains copyrighted material the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. We are making such material available in our efforts to advance understanding of environmental, political, human rights, economic, democracy, scientific, and social justice issues, etc. We believe this constitutes a ‘fair use’ of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. For more information go to: http://www.law.cornell.edu/uscode/17/107.shtml. If you wish to use copyrighted material from this site for purposes of your own that go beyond ‘fair use’, you must obtain permission from the copyright owner.


Comments are closed.