(Français) La Biennale de Luanda : Passé et Avenir de la Culture de la Paix en Afrique

ORIGINAL LANGUAGES, 3 Jan 2022

David Adams | Transition to a Culture of Peace – TRANSCEND Media Service

1 Jan 2022 – La Biennale de Luanda, telle que décrite dans le bulletin CPNN de ce mois-ci, est un processus unique au monde.

Nulle part ailleurs sur terre, vous ne pouvez imaginer un processus impliquant tous les pays du continent en collaboration avec les Nations Unies et un seul État parrain travaillant ensemble pour une culture de la paix.

Quant à son passé, j’ai eu le privilège de participer le 20 décembre à une visioconférence pour célébrer l’architecte de ce processus, Enzo Fazzino, alors qu’il prenait sa retraite de l’UNESCO.

Dans un sens, c’était la fin d’une ère qui a commencé avec le programme Culture de la paix de l’UNESCO. Au visioconférence figurait Federico Mayor, directeur général de l’UNESCO de 1987 à 1999. Au début de son mandat, il a dirigé la Conférence de Yamoussoukro de 1989 qui a d’abord appelé à une culture de la paix à l’UNESCO. On peut dire que la culture de la paix a été née en Afrique. Puis, en 1993, Mayor a créé le programme Culture de la paix de l’UNESCO.

Le 20 décembre, Firmin Edouard Matoko, aujourd’hui Sous-Directeur général de l’UNESCO pour la Priorité Afrique et Relations extérieures, a participé à la visioconférence. Avec Leslie Atherley et moi-même, il a été nommé parmi les premiers cadres supérieurs du programme Culture de la paix qui a développé des programmes nationaux de 1993 à 1999.

L’un des premiers programmes nationaux a eu lieu en Afrique.

Ana Elisa Santana Afonso, ancien liaison de l’UNESCO avec l’Union africaine, a participé au programme du 20 décembre. Elle était directrice de la Commission nationale pour l’UNESCO au Mozambique lorsque j’y ai travaillé sur le programme national de culture de la paix de 1994 à 1996. Notre patron à l’époque, la présidente de la Commission nationale de l’UNESCO, n’était autre que Graça Machel.
.
Enzo et moi avons commencé à travailler ensemble lorsque nous avons été nommés par Mayor pour développer l’Année internationale des Nations Unies pour la culture de la paix pour l’an 2000. Nous avons mobilisé 75 millions de personnes pour signer le Manifeste 2000 pour la culture de la paix. Le premier pays à recueillir un million de signatures a été en Afrique, l’Algérie, où le Manifeste a été chanté depuis les mosquées tandis que les signatures ont été recueillies dans les rues par le mouvement scout.

Enzo a ensuite travaillé pour l’UNESCO en Afrique où il a développé le processus de la Biennale.

La visioconférence était présidée par Salah Khaled, directeur régional de l’UNESCO pour l’Afrique centrale. C’est lui qui a le plus collaboré avec Enzo pour mettre en place le processus de la Biennale.

Yvonne Matuturu, qui était en charge du développement de l’engagement des jeunes, a parlé avec éloquence du leadership d’Enzo.

Les résultats de leur travail, la Biennale de Luanda 2021 – Forum panafricain pour la culture de la paix, sont décrits dans le CPNN de ce mois-ci. C’est un travail en cours puisque la prochaine Biennale est prévue en 2023.

Enzo et ses collègues ont eu la prévoyance d’organiser la Biennale de cette année comme un dialogue intergénérationnel, comprenant 118 jeunes leaders d’Afrique et de la diaspora, comme décrit dans un autre article de CPNN.

Quant à l’avenir, il y avait une jeune femme qui était présente à la visioconférence le 20 décembre, mais qui n’a pas pris la parole pendant que j’écoutais. Elle s’appelle Irène Aragona. Avec une autre jeune femme nommée Mariana Serrano Silvério, elle travaille dans le suivi du programme jeunesse développé pour la Biennale à promouvoir des mouvements panafricains à plusieurs niveaux dirigés par des jeunes pour une culture de la paix.

J’ai eu le privilège de parler avec Irene et Mariana lors d’une autre vidéoconférence le 19 décembre, au cours de laquelle elles ont expliqué le défi auquel elles sont confrontées. Oui, il y a 118 jeunes leaders qui ont participé à la Biennale, mais comment leur implication peut-elle devenir des mouvements panafricains multi-niveaux dirigés par des jeunes pour une culture de la paix?

L’UNESCO, l’Union africaine et l’Angola ont convenu de poursuivre le processus de la Biennale (voir leurs discours à la Biennale tels que réimprimés dans CPNN). Ils doivent accompagner les jeunes pour donner corps à ce processus.

Le mouvement pour une culture panafricaine de la paix a une riche histoire remontant à 1897 et les travaux de W.E.B. Dubois dans les congrès panafricains des années 1920 et 1945, ainsi que la création par Dubois sous Kwame Nkrumah au Ghana de l’Africana Encyclopedia en 1962.

Maintenant, l’avenir de la culture panafricaine de la paix est là où il devrait être, entre les mains de la jeunesse africaine et de la diaspora. Un nouveau jour se lève. Il a besoin de notre soutien.

______________________________________________________

Dr. David Adams est membre du TRANSCEND Network for Peace Development Environment et coordinateur du Culture of Peace News Network. Il a pris sa retraite en 2001 de l’UNESCO où il était directeur de l’Unité pour l’Année internationale des Nations Unies pour la culture de la paix. Auparavant, aux universités de Yale et de Wesley, il était un spécialiste des mécanismes cérébraux du comportement agressif, de l’histoire de la culture de la guerre et de la psychologie des militants de la paix. Envoyez lui un email.

Go to Original – decade-culture-of-peace.org


Tags: , , , , , ,

 

Share this article:


DISCLAIMER: The statements, views and opinions expressed in pieces republished here are solely those of the authors and do not necessarily represent those of TMS. In accordance with title 17 U.S.C. section 107, this material is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. TMS has no affiliation whatsoever with the originator of this article nor is TMS endorsed or sponsored by the originator. “GO TO ORIGINAL” links are provided as a convenience to our readers and allow for verification of authenticity. However, as originating pages are often updated by their originating host sites, the versions posted may not match the versions our readers view when clicking the “GO TO ORIGINAL” links. This site contains copyrighted material the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. We are making such material available in our efforts to advance understanding of environmental, political, human rights, economic, democracy, scientific, and social justice issues, etc. We believe this constitutes a ‘fair use’ of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. For more information go to: http://www.law.cornell.edu/uscode/17/107.shtml. If you wish to use copyrighted material from this site for purposes of your own that go beyond ‘fair use’, you must obtain permission from the copyright owner.


There are no comments so far.

Join the discussion!

We welcome debate and dissent, but personal — ad hominem — attacks (on authors, other users or any individual), abuse and defamatory language will not be tolerated. Nor will we tolerate attempts to deliberately disrupt discussions. We aim to maintain an inviting space to focus on intelligent interactions and debates.

*

code

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.