(Français) La Culture de la Guerre A-t-elle Changé ? Est-Ce Toujours le Monopole de L’état ?

ORIGINAL LANGUAGES, 5 Feb 2024

David Adams | Transition to a Culture of Peace – TRANSCEND Media Service

1 février 2024Je maintiens la conclusion suivante de mon livre de 2009, « L’histoire de la culture de la guerre », mais il y a eu des changements importants comme je l’expliquerai ci-dessous.

Voici ce que j’ai écrit en 2009 :

“Depuis le début de l’histoire jusqu’à nos jours, la culture de la guerre est devenue de plus en plus monopolisée par l’État, conservant les trois fonctions : conquête, défense et contrôle intérieur. La guerre intérieure a été et continue d’être un sujet tabou. L’implication de l’État dans la culture de la guerre s’est renforcée au cours de l’histoire, à mesure que l’État a empêché le développement de la guerre par d’autres structures sociales.

“Dans l’histoire récente, la culture de guerre au niveau de l’État a été encore renforcée par le développement du complexe militaro-industriel dans lequel une partie importante de la classe capitaliste nouvellement développée a uni ses forces à celles de l’État. Simultanément, bien qu’en secret, la culture de la guerre est venue à inclure le commerce de la drogue et des armes à feu. L’intervention militaire interne a été mise au service de la classe capitaliste pour réprimer le mouvement ouvrier et les révoltes des chômeurs. Le racisme et le nationalisme ont été mis au service de la classe capitaliste. ajoutés en tant qu’éléments essentiels qui justifient et soutiennent tous les autres aspects de la culture de guerre.

« Le plus grand changement dans la culture de guerre a été l’énorme expansion du contrôle de l’information, y compris le contrôle des médias de masse, ouvertement ou secrètement, par le pouvoir de l’État et ses alliés dans le complexe militaro-industriel. La nature fondamentale de la culture de guerre est restée remarquablement stable ; elle est devenue de plus en plus un monopole d’État, essentiel au maintien du son pouvoir.

« Les fonctions internes de la culture de guerre expliquent pourquoi le pouvoir de l’État ne peut pas permettre une culture de paix. Peut-être que les États-nations seraient capables de concevoir un nouveau système international par l’intermédiaire des Nations Unies qui les protégerait d’une invasion et d’une conquête extérieures, mais cela n’indique pas qu’ils soient disposés à abandonner leur « droit » à recourir à la force en interne, ni même à discuter d’un sujet qui reste, pour l’essentiel, un tabou, c’est-à-dire une discussion interdite. Dans des conditions normales, le contrôle autoritaire exercé à travers le processus électoral de gouvernance dite démocratique au niveau national et le contrôle de l’information à travers les médias, l’instruction religieuse et les systèmes éducatifs garantissent le pouvoir de l’État.

“Bien sûr, il existe à tout moment de grandes différences entre les États quant à la mesure dans laquelle leur culture de guerre est évidente. Les États riches du Nord, par exemple la Scandinavie, sont mieux placés pour cacher leur culture de guerre interne en les dispositions de prospérité et des systèmes plus libéraux de participation électorale et d’éducation, alors que les États les plus pauvres du Sud sont souvent moins capables d’y parvenir. Mais cette différence elle-même est fonction de la culture de la guerre, car elle repose sur l’exploitation néo-colonial par laquelle le Nord continue de s’enrichir aux dépens du Sud. Le système des Nations Unies contribue à maintenir cette exploitation à travers le Conseil de sécurité de l’ONU qui maintient la supériorité nucléaire et politique et à travers la Banque mondiale, du Fonds monétaire international et de l’organisation de commerce mondial qui entretiennent la supériorité économique du Nord.”

Au cours des 14 années écoulées depuis 2009, date à laquelle j’ai écrit ce qui précède, un certain nombre de développements très importants se sont produits qui méritent d’être discutés.

1) Comme je l’ai évoqué dans plusieurs de mes blogs, le plus récemment dans le « Sommet des BRICS  » de septembre 2023, le Sud global, dirigé par la Chine, pose de plus en plus un défi à l’exploitation néo-coloniale par laquelle le Nord continue de s’enrichir. aux dépens du Sud global. Entre temps, quand même, les pires guerres, comme celles de l’Ukraine et d’Israël contre la Palestine, continuent d’être alimentées, directement ou indirectement, par l’Empire américain.

Peut-être que le Sud finira par remplacer la puissance du Nord et son empire américain, mais cela ne mettra pas nécessairement fin à la culture de la guerre. Les BRICS restent une puissance d’États-nations, ce qui ne change rien à la situation fondamentale selon laquelle la culture de la guerre est entre les mains des États-nations. À la tête des pays BRICS, la Chine continue de menacer Taïwan avec sa force militaire et la Russie reste en guerre en Ukraine. Dans mon blog, « Et après la fin de l’Empire américain », je soulève la question de savoir si la Chine continuera à promouvoir des relations économiques équitables avec d’autres pays, ou si elle se tournera vers l’exploitation qui a toujours été le moteur de la culture de guerre? Quant à la fonction fondamentale de la culture de guerre en matière de contrôle interne, la Chine continue de s’appuyer sur son Armée rouge et la Russie continue de supprimer toute opposition à ses guerres. Nulle part dans le monde la culture de la guerre en tant que moyen ultime de contrôle interne de l’État n’est sérieusement remise en question.

2) Également dans des blogs récents, le plus récemment le mois dernier, j’ai continué à souligner l’importance du contrôle des médias de masse, ouvertement ou secrètement, par d’État et ses alliés du complexe militaro-industriel pour justifier leur culture de guerre. “Au fur et à mesure que la démocratie gagnait du terrain dans le monde, les gouvernements nationaux étaient obligés de convaincre leurs citoyens qu’ils étaient menacés par un ennemi. Autrement, ils ne pourraient pas justifier leurs préparatifs militaires et leurs guerres. Et comme il n’y avait généralement pas de véritable ennemi, ils devaient contrôler et manipuler l’information, en particulier les médias, pour convaincre les électeurs qu’ils étaient attaqués. Habituellement, le contrôle des gouvernements sur les médias reste caché, mais à un moment donné, il est apparu après la guerre américaine au Vietnam » (les réunions du Senat des États-Unis en 1976 menés par le Senateur Church).

Ironiquement, le contrôle de l’information pourrait désormais perdre de son importance, car les avancées de la « démocratie » pourraient toucher à leur fin. Ce que nous avons appelé « démocratie » est mieux décrit comme « démocratie bourgeoise », car elle a toujours été « la meilleure enveloppe politique possible pour le capitalisme ». Mais les électeurs du monde entier sont en révolte contre l’enrichissement continu des capitalistes à travers leur contrôle des élections, et ils élisent de plus en plus de candidats populistes tels que Trump, Erdogan, Bolsonaro, Orban, Milei, Meloni et Wilders qui promettent des politiques qui s’éloignent de la démocratie bourgeoise et se dirigent vers le fascisme.

3) Ces dernières années, il y a eu un nombre croissant de guerres locales dans les « États en faillite » d’Afrique. Ces guerres semblent contredire la tendance à long terme de l’État à monopoliser la culture de la guerre. Mais les États défaillants ne sont pas la cause de la guerre mais plutôt la conséquence de la culture de guerre mondiale aux mains des États-nations du Nord. Dans la même façon, que les populistes sont élus en révolte contre la « démocratie bourgeoise », ces États sont confrontés à des révoltes contre l’exploitation par les capitalistes du Nord avec leurs alliés de cette exploitation installés dans leurs gouvernements africains. À mesure que cette exploitation continue, ces guerres locales pourraient se multiplier.

Un cas particulier de guerre dans des États en faillite est celui du Mexique, où l’État est incapable de supprimer la violence des cartels de la drogue. Cela aussi doit être compris comme une conséquence plutôt que comme une cause de la culture de guerre, puisque le trafic de drogue fait partie intégrante (bien que secret) de l’Empire américain depuis la guerre du Vietnam et la guerre des Contras en Amérique centrale. ainsi que la guerre en Afghanistan. Heureusement, il semble que la Colombie, longtemps en proie à la violence liée à la drogue, échappe à ce sort grâce à l’aide de son nouveau gouvernement progressiste.

4) Certains diront peut-être que les États défaillants d’Afrique révèlent que la religion est une cause de guerre. Il est vrai que les révoltes dans ces pays sont habillées d’extrémisme islamique. Mais, comme indiqué ci-dessus, les racines profondes de ces révoltes doivent être attribuées à l’exploitation capitaliste du Nord et pas à la religion.

Bien entendu, la religion n’est pas toujours neutre. Lorsque la religion devient la religion de l’État, elle devient partie intégrante de la culture de guerre. Cela est particulièrement évident en Israël et en Iran.

5) Certains diront que les guerres sont aujourd’hui causées par la rareté des ressources, de l’eau, de la nourriture, etc. Ce sont certainement les causes des migrations massives vers l’Europe et les États-Unis. Mais là encore, il faut comprendre cela comme une conséquence plutôt que comme une cause. Même si le réchauffement climatique peut être en partie responsable de la pénurie, la cause la plus importante de la pénurie reste sur les relations économiques inégales imposées par l’exploitation capitaliste du Nord. Mon blog « Les faits sur le néo-colonialisme » cite des chiffres selon lesquels, si l’on inclut les transactions secrètes et illégales, le flux net de ressources du Sud vers le Nord est 24 fois supérieur à l’aide humanitaire fournie par le Nord.

Où allons-nous ? L’Empire américain finira-t-il son temps sans détruire la planète par une guerre nucléaire ? Une nouvelle culture de guerre basée dans les pays du Sud et dirigée par la Chine lui succédera-t-elle ? Ou pourrons-nous profiter d’une fenêtre d’opportunité pour réformer les Nations Unies afin qu’elles soient finalement fondées sur Nous, le Peuple, plutôt que sur les États-nations du monde ? Comme je l’ai soutenu dans nombre de mes blogs, une telle ONU pourrait faire la transition d’une culture mondiale de guerre à une culture mondiale de paix.

______________________________________________________

Dr. David Adams est membre du TRANSCEND Network for Peace Development Environment et coordinateur du Culture of Peace News Network. Il a pris sa retraite en 2001 de l’UNESCO où il était directeur de l’Unité pour l’Année internationale des Nations Unies pour la culture de la paix. Auparavant, aux universités de Yale et de Wesley, il était un spécialiste des mécanismes cérébraux du comportement agressif, de l’histoire de la culture de la guerre et de la psychologie des militants de la paix. Envoyez lui un email.

Go to Original – decade-culture-of-peace.org


Tags: , , , , , , , , , , , ,

 

Share this article:


DISCLAIMER: The statements, views and opinions expressed in pieces republished here are solely those of the authors and do not necessarily represent those of TMS. In accordance with title 17 U.S.C. section 107, this material is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. TMS has no affiliation whatsoever with the originator of this article nor is TMS endorsed or sponsored by the originator. “GO TO ORIGINAL” links are provided as a convenience to our readers and allow for verification of authenticity. However, as originating pages are often updated by their originating host sites, the versions posted may not match the versions our readers view when clicking the “GO TO ORIGINAL” links. This site contains copyrighted material the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. We are making such material available in our efforts to advance understanding of environmental, political, human rights, economic, democracy, scientific, and social justice issues, etc. We believe this constitutes a ‘fair use’ of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. For more information go to: http://www.law.cornell.edu/uscode/17/107.shtml. If you wish to use copyrighted material from this site for purposes of your own that go beyond ‘fair use’, you must obtain permission from the copyright owner.


There are no comments so far.

Join the discussion!

We welcome debate and dissent, but personal — ad hominem — attacks (on authors, other users or any individual), abuse and defamatory language will not be tolerated. Nor will we tolerate attempts to deliberately disrupt discussions. We aim to maintain an inviting space to focus on intelligent interactions and debates.

69 − 59 =

Note: we try to save your comment in your browser when there are technical problems. Still, for long comments we recommend that you copy them somewhere else as a backup before you submit them.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.