(Français) Ne pas invoquer l’antisémitisme en vain

IN ORIGINAL LANGUAGES, 4 Dec 2017

Philippe Bach – Le Courrier [Suisse]

Le journaliste et activiste belge Michel Collon a fait condamner un internaute suisse qui l’avait traité d’antisémite alors que ses critiques visaient le seul Etat d’Israël.

Les positions de M. Collon à l’égard de l’Etat d’Israël sont très engagées. Jlepers – CC

30 nov 2017 – Le qualificatif d’antisémite est bien diffamatoire et ne peut pas être utilisé à la légère à l’encontre de ceux qui critiquent la politique de l’Etat d’Israël. Le Ministère public vaudois a rendu le 21 septembre dernier une ordonnance pénale suite à une plainte déposée par le journaliste et activiste belge Michel Collon.

Ce dernier, auteur d’un ouvrage Israël, parlons-en, devait tenir en avril 2015 une conférence à Lausanne. Dans l’aula du Palais de Rumine qui accueillait alors un jour par semaine le Grand Conseil vaudois, en attendant que son nouveau bâtiment soit achevé. Les positions de M. Collon à l’égard de l’Etat d’Israël sont très engagées. Cet évènement dans la même salle accueillant, ne fusse qu’à titre temporaire, le Parlement cantonal a engendré une polémique. Et la conférence a fini par être déplacée.

Post indigné

Dans le cadre de ce différend, un internaute s’en est pris à la tenue de cet événement en publiant sur sa page Facebook le post suivant: «Le roi des complotistes est dans la place! Il y aura du beau monde! Profondément choqué! Antisémite et ouvertement pro-Assad pour une conférence dans un lieu public! C’est un scandale! Comment peut-on accepter cela en un pareil endroit! Juste envie de vomir!»

Depuis de nombreuses années, M. Collon est souvent stigmatisé de la sorte. «Il a décidé que cela suffisait et nous a demandé d’agir», explique Raffaele Morgantini, correspondant en Suisse d’Investigaction, le collectif journalistique et d’information alternative qu’anime M. Collon. «Dans mon livre et dans plusieurs articles, j’ai toujours explicitement condamné le racisme anti-juifs, fréquemment appelé «antisémitisme»», relève M. Collon sur son site internet. Une plainte pénale en bonne et due forme pour diffamation a donc été déposée. Et, dans le cadre d’une ordonnance pénale, la justice vaudoise a donné raison à M. Collon.

Carlos Latuff

Plainte acceptée

L’auteur du post écrivait sous pseudonyme1. Selon l’ordonnance, il a admis les faits qui lui étaient reprochés en les justifiant par le contexte de la polémique en cours. Reste que, le délit étant constitué – traiter quelqu’un d’antisémite c’est l’accuser d’un délit puni par la loi – il n’a pas pu apporter la preuve de ses dires. Si M. Collon se livre bien à une critique sévère à l’égard de la politique israélienne, il ne véhicule pas les poncifs habituels de l’antisémitisme.

Le prévenu a donc été jugé coupable de diffamation et condamné à dix jours-amende à 100 francs par jour avec sursis pendant deux ans, à verser 1350 francs d’indemnité au titre des frais de défense à la partie plaignante et à supporter des frais de procédure à hauteur de 1500 francs. Aucun recours n’a été interjeté contre cette décision.

Contexte sensible

«L’ordonnance pénale est importante pour notre travail», résume M. Morgantini qui dénonce une tentation de criminaliser les mouvements de solidarité avec les Palestiniens.

De fait, en juin, les Chambres fédérales ont refusé une motion du député udéciste Christian Imarkt qui visait expressément les actions de la campagne BDS (boycott, désinvestissements, sanctions) et tendait à amalgamer les critiques des actions de l’Etat d’Israël à de l’antisémitisme. Relevons également qu’une procédure similaire – mais au civil – est allée jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme. Avec à l’arrivée, en juin 2016, une victoire du professeur William Ossipow qui avait été diffamé de la même manière.

Mais des textes similaires ont en revanche passé la rampe au niveau du Parlement européen avec l’adoption d’une résolution invitant les Etats membres à intégrer dans leur droit interne une définition élargie de l’antisémitisme. Celle de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA) qui qualifie d’antisémite le fait de nier au peuple juif le droit à l’autodétermination. Ou d’estimer que l’Etat hébreu serait raciste. Ou encore, en appliquant des doubles standards, en exigeant d’Israël un comportement que l’on n’exigerait pas d’une autre nation démocratique. La Grande-Bretagne et l’Autriche ont déjà fait leur cette définition Et un débat est en cours en France.

NOTE:

  1. L’identification de la personne auteure du post a été relativement ardue. Facebook Suisse a en effet refusé de livrer son vrai nom. L’affaire est remontée jusqu’au Tribunal fédéral qui a admis, qu’effectivement, en la matière, c’est le siège en Irlande de Facebook qui devait être saisi, celui-ci étant le prestataire de service hors Etats-Unis et Canada. La police semble être parvenue à l’identifier par d’autres moyens.

******************************

Trois questions à Michel Collon:

Cette procédure en Suisse est-elle une première et avez-vous déposé des plaintes dans d’autres pays?

Michel Collon: C’était une première, en effet. Elle crée une jurisprudence très importante qui dit qu’accuser d’antisémitisme une personne critiquant la politique d’Israël, c’est de la diffamation injurieuse. Depuis, j’ai déposé plainte contre Le Monde pour ses calomnies. Leur Décodex, qui prétend dire aux gens ce qu’ils ne doivent pas lire, m’a mis un «carton rouge» sur base de deux gros mensonges: Premièrement, j’aurais voyagé en Syrie avec un responsable du FN, Frédéric Chatillon. Problème: je n’ai jamais été en Syrie, et je ne connais pas ce monsieur. Et, deuxièmement, je serais «proche du conspirationniste Thierry Meyssan». Nouveau problème: comme Noam Chomsky, j’ai explicitement déclaré ne pas vouloir travailler sur le 11 Septembre. Le seul texte extérieur que notre site Investig’Action a publié s’opposait à l’hypothèse de Meyssan.

La législation européenne est en train de se durcir. Vos critiques à l’encontre de l’Etat d’Israël vont-elles être plus compliquées à formuler?

Très juste. On constate une volonté de criminaliser tous ceux qui dénoncent le colonialisme et l’apartheid d’Israël. Ils sont assimilés aux «antisémites». Pourtant, mon livre Israël, parlons-en et tous mes textes dénoncent aussi le racisme anti-juif.

Il semble que l’internaute qui vous a diffamé était de bonne foi. Il a répété des arguments qu’il avait entendu sans vérifier. Lui en voulez-vous?

C’est un fait: beaucoup de gens se font avoir par des rumeurs, qui en réalité sont souvent bien organisées. L’auteur israélien Ilan Pappé a publié un livre remarquable La Propagande d’Israël expliquant comment le gouvernement a organisé une section pour la propagande internationale et le dénigrement des opposants. Tout ceci nuit à un vrai débat pluraliste sur le Moyen-Orient et sur la désinformation. Pour ma part, j’espère que ce professeur prendra conscience de sa responsabilité en tant prof et qu’il acceptera un échange public avec moi: comment repérer et désamorcer les rumeurs mensongères?

Go to Original – lecourrier.ch

 

Share or download this article:


DISCLAIMER: In accordance with title 17 U.S.C. section 107, this material is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. TMS has no affiliation whatsoever with the originator of this article nor is TMS endorsed or sponsored by the originator. “GO TO ORIGINAL” links are provided as a convenience to our readers and allow for verification of authenticity. However, as originating pages are often updated by their originating host sites, the versions posted may not match the versions our readers view when clicking the “GO TO ORIGINAL” links. This site contains copyrighted material the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. We are making such material available in our efforts to advance understanding of environmental, political, human rights, economic, democracy, scientific, and social justice issues, etc. We believe this constitutes a ‘fair use’ of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. For more information go to: http://www.law.cornell.edu/uscode/17/107.shtml. If you wish to use copyrighted material from this site for purposes of your own that go beyond ‘fair use’, you must obtain permission from the copyright owner.


There are no comments so far.

Join the discussion!

We welcome debate and dissent, but personal — ad hominem — attacks (on authors, other users or any individual), abuse and defamatory language will not be tolerated. Nor will we tolerate attempts to deliberately disrupt discussions. We aim to maintain an inviting space to focus on intelligent interactions and debates.

 (please enter the four letters and numbers you see above, no spaces)